17 nov. 2015

Le Soudan génocidaire et l'Iran obtiennent des rôles de direction à l'UNESCO, par UN Watch

« Construire la paix dans l'esprit des hommes et des femmes ». Fière devise que celle de l'Unesco, qui vient une fois encore de l'illustrer avec brio.


Bien que son dirigeant Omar el-Beshir soit recherché pour génocide par la  Cour pénale internationale, le régime du Soudan a été élu ce vendredi par le conseil exécutif de l'Unesco, l'Agence mondiale pour l’Éducation, la Science et la Culture, rien de moins.

Deux jours auparavant, le secrétaire d'Etat américain John Kerry était à Paris à l'Unesco pour faire l'éloge de son « travail critique » dans la lutte contre  « l'extrémisme violent ».


La "République islamique" [on ne rit pas] d'Iran -- qui a aidé le régime syrien à tuer 300'000 de ses propres citoyens et sponsorise le terrorisme partout dans le monde --  a aussi été élu la semaine dernière à la plus haute fonction de l'Unesco, qui a déclaré que sa mission est de « construire la paix dans l'esprit des hommes et des femmes ».
L'Unesco n'a eu aucune honte en annonçant la dernière récompense des Nations unies à la théocratie Chiite, un des auteurs de violations les plus flagrantes des droits de l'homme au monde. 

Farce grotesque : le dictateur vénézuélien antisémite obtient une ovation debout au Conseil des Droits de l'Homme des Nations unies.

Maduro remercie le Conseil des Droits de l'Homme des Nations unies pour sa réélection : « Un vote de confiance ».  
  






















Après que la session spéciale du conseil des droits de l'homme de l'ONU a accordé le 28 octobre au dirigeant de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le Venezuela était en mesure de demander et d'obtenir le même format de monologue -- sans droit de réponse -- pour son président Nicolas Maduro qui a obtenu une ovation debout après sa diatribe de 40 minutes de jeudi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire