15 mai 2016

Aux soldats de Verdun, la République peu reconnaissante… par Laurent Gayard

Malgré l’annulation de Black M, le mal est fait.

La République et ses élus reconnaissants ont finalement décidé d’épargner aux morts de Verdun l’ultime insulte de voir une caricature de gangsta américain à la sauce Skyrock, alias Black M, venir symboliquement piétiner leurs tombes, mais le mal est déjà fait. Puisqu’on nous rappelle à longueur de temps l’importance du devoir de mémoire, remarquons que la mémoire de Verdun s’est définitivement effacée dans le crâne des élus de la République. « Après trois jours d’intense polémique venue notamment des rangs de l’extrême droite, la mairie de Verdun (Meuse) annonce, ce vendredi matin, l’annulation du concert de Black M programmé pour commémorer le centenaire de la terrible bataille. »1. Il est entendu qu’il faut nécessairement être d’extrême droite pour trouver choquant qu’une sorte de pantin bling-bling soit choisi comme tête d’affiche d’une soirée destinée à rendre hommage aux 300 000 morts et au 400 000 blessés de la bataille de Verdun.
 
« Ne pas se prendre la tête » est devenu l’idéologie reine de toute une époque et notre société enrage de devoir prendre encore au sérieux quelques vagues tragédies de notre histoire.
En choisissant Verdun comme point de fixation pour tenter de saigner à blanc l’armée française lors de l’opération Gericht (« Jugement »), le général allemand Erich Von Falkenhayn pensait entraîner la France dans le piège du patriotisme et faire en sorte que des sacrifices insurmontables soient consentis pour tenir cette place-forte et ce lieu symbolique où fut signé en 843 le traité de Verdun qui donna naissance aux royaumes de Charles le Chauve, Lothaire et Louis le Germanique et détermina tout le destin de l’Europe. Mais le plan de Falkenhayn réussit trop bien : il parvient à galvaniser la résistance des troupes et l’adhésion de la population à l’effort de guerre. Après avoir engagé 1 200 000 hommes contre un nombre légèrement inférieur de Français, l’armée allemande devra s’avouer vaincue à Verdun, après avoir laissé dans l’aventure 150 000 morts et 200 000 blessés, un sacrifice tout aussi effroyable que celui consenti par l’armée française pour tenir Verdun.


 Pour évoquer cette épreuve et rendre justice aux centaines de milliers de spectres dont les ombres flottent encore sur les champs de bataille suppliciés de Verdun, il était logique de faire appel à Black M, parfaite synthèse entre variété débilitante et racaillitude grand-guignolesque, membre du groupe Sexion d’Assaut, dont le nom évoque avec délicatesse les Sturm Abteilung du parti nazi. Il aura fallu la plainte déposée par un petit-fils de poilu pour que Samuel Hazard, maire PS de Verdun, décide finalement de revenir sur la décision initiale et de déprogrammer Black M.

Ces lumières qui nous dirigent…

On peut se demander naïvement ce qui peut se passer exactement dans la tête d’un élu quand on lui propose une idée pareille. « Monsieur le maire, ne serait-ce pas un projet innovant que de solliciter l’excellent chanteur de rap Black M pour animer les cérémonies de commémoration du centenaire de la bataille de Verdun ? » Il faut même produire un douloureux effort pour parvenir à lier en une seule ces deux réalités que la raison devrait pourtant s’obstiner à dissocier : le quotidien infernal des milliers de soldats hachés menu par la mitraille et l’univers de Black M, yéyé du rap américain, amuseur de galerie section « jeunisme aggravé ».























Le cerveau de Samuel Hazard semble pourtant avoir très bien fonctionné au moment de prendre cette décision. Il continue d’ailleurs à la défendre puisque, dit-il, Black M est actuellement « plébiscité par les jeunes comme aucun autre artiste français. » Argument imparable que celui-là. On se demande pourquoi Dieudonné n’a pas été invité lors de la commémoration du soixante-dixième anniversaire du Débarquement ou à l’ouverture des commémorations du centenaire de 1914-1918 en 2014. Après tout l’humoriste était aussi un artiste français plébiscité par les jeunes à l’époque, il aurait donc fallu l’inviter. On imagine que Maître Gims est déjà pressenti pour rendre hommage en 2017 aux quelques 30 000 soldats tués en une semaine au cours de la bataille du Chemin des Dames, avec un son et lumière de folie juste à l’emplacement de la funeste tranchée des baïonnettes…

« Ne pas se prendre la tête » est devenu l’idéologie reine de toute une époque et notre société enrage de devoir prendre encore au sérieux quelques vagues tragédies de notre histoire. Qu’on se rassure en tout cas : l’annulation du concert de Black M n’est presque due après tout qu’à des questions de sécurité. Dans sa chanson Désolé, en 2010, Black M traitait la France de sale pays de « kouffars », de « mécréants » quoi. Un terme, a-t-on glissé à Samuel Hazard, qui fait désormais partie de la rhétorique de l’Etat islamique et qu’il serait de mauvais aloi de voir associé aux commémorations de Verdun en raison d’une polémique malheureuse et en ces temps d’état d’urgence et d’attentats à répétition.

Les poilus doivent donc à une tragédie plus récente que la leur le fait que leur sacrifice ne soit pas complètement déshonoré par un affreux bouffon de la société du spectacle venu danser et éructer sur leurs tombes. En tout cas, ce n’est pas sur le respect de la mémoire ou le sens historique des élus qu’il leur fallait compter pour éviter l’affront. Après s’être pris les pieds dans cette nouvelle et pathétique polémique, l’Elysée, la mairie de Verdun et le secrétaire d’Etat aux Anciens combattants se renvoient tous la balle avec un courage dont on est heureux qu’il soit sans rapport avec celui dont firent preuve les soldats de Verdun. Sans quoi aujourd’hui on célébrerait peut-être une victoire allemande à Verdun en invitant le célèbre rappeur « Schwartz M »…
Alors que la ministre de l’Education nationale a lancé à la rentrée dernière le dernier dispositif pédagogique en vogue – l’enseignement moral et civique – destiné à réveiller l’esprit civique des centaines de milliers d’élèves français, il est ahurissant de constater de quelle manière peut être traitée la mémoire des centaines de milliers de combattants qui moururent dans les tranchées boueuses pour permettre à leurs descendants de se comporter comme de parfaits imbéciles dans ce qui, grâce à tous ces morts, s’appelle toujours une république aujourd’hui. Les professeurs des collèges et lycées à qui l’on a demandé, après les attentats de janvier et de novembre 2015, de maintenir, voire de ressusciter, la conscience citoyenne de leurs élèves vont avoir fort à faire tant elle semble bel et bien morte et enterrée chez nombre d’élus qui l’ont troquée depuis longtemps contre la démagogie et le jeunisme. Black M ne viendra peut-être pas à Verdun mais la République vient quant à elle d’y tomber au champ du déshonneur. Mais il semble admis aujourd’hui que celui qui rappelle l’importance de l’histoire dans la composition de la psyché nationale doit être immédiatement soupçonné d’accointances et de passions douteuses. Alors on oubliera Verdun, comme on oubliera Black M…De toute façon, c’est le départ imminent de Zlatan Ibrahimovic du PSG qui fait à présent à la une des médias. Depuis qu’il a été déprogrammé, Black M a déclaré à ses fans que si l’on ne comprenait pas sa musique, ce n’était pas grave, que l’important était de s’amuser. Que Black M et son public s’amusent bien pendant que les soldats de Verdun, eux, reposent en paix.
  1. Le Parisien (avec AFP) le 13 mai 2016.

    http://www.causeur.fr/aux-soldats-de-verdun-la-republique-peu-reconnaissante%E2%80%A6-38227.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire