1 mai 2016

Qui mettra un terme à la mascarade absurde de Nuit Debout ? par Jérôme Godefroy

Une vingtaine de jours d’observation personnelle et directe de ce happening répétitif me conduit à une seule conclusion : la plaisanterie, sympathique au début, a assez duré.

Je ne suis pas académicien philosophe et personne ne m’a craché au visage. Je ne suis pas un ancien ministre grec et personne ne m’a ovationné. Pourtant, depuis plus de trois semaines que je parcours le dallage minéral de la Place de la République à Paris, je prétends connaître assez bien cette agora transformée en gros foutoir par la grâce d’une irruption de colère, avec le concours d’un gouvernement mort de trouille et de journalistes indulgents, trop contents d’avoir trouvé un sujet de reportage pas cher et accessible en métro.


Cet espace public confisqué est devenu la cour de récréation d’idéalistes embrumés, de marginaux crasseux et de casseurs chevronnés. Chaque après-midi, le souk gauchiste installe ses stands : livres marxistes défraichis, merguez et légumes bio. Les palabres commencent. Un groupe studieux en arrive à la conclusion que le capitalisme, c’est mal. Un autre s’accorde gravement sur la nécessité de réduire les inégalités et d’étrangler les banquiers au passage. Plus loin, des jeunes femmes se sont isolées pour échanger entre elles. Les mâles sont proscrits. Ce serait leur faire injure de croire qu’elles parlent chiffons.

On vote sur tout et rien à mains levées, y compris sur le principe de voter à mains levées. On cite Bourdieu et Badiou comme on récite les psaumes dans un couvent. Un orateur saisit le micro pour dire à l’assemblée attentive : “La masturbation n’est pas interdite par l’Islam”. Ce qui apporte à certains un certain soulagement. Ici ou là, on lit des slogans édifiants : “Travailler, moi ? Jamais !” ou encore : “Ni loi, ni travail, blocage, sabotage, grève générale”.

Peu à peu, l’atmosphère devient munichoise : je n’évoque pas Daladier mais plutôt la fête de la bière. Ça mousse de la canette partout. Certains sont munis de fûts car la nuit sera longue. Les petits revendeurs d’alcool se frottent les mains. (voir note en bas de page) Les dealers de chichon sont ravis aussi d’avoir déniché un marché captif.
Forcément, les esprits s’échauffent. On a vu un homme essayant en vain de s’immoler par le feu. Un autre s’est grièvement blessé en tombant du haut de la statue de Marianne où il était grimpé. Et puis la « convergences des luttes » ayant provisoirement épuisé ses arguments, le jamboree se mue en surboum : tam-tam, rap ou techno, selon les soirs et selon les heures.

A 1 heure du matin, la permission accordée par la Préfecture de Police expire. Il reste souvent une centaine d’irréductibles, éméchés et survoltés. Parmi eux, les hooligans habituels qui s’attaquent aux agences bancaires et aux kiosques à journaux du voisinage. Dans la nuit de vendredi à samedi derniers (22 et 23 avril), une voiture banalisée de la police a été incendiée volontairement.

Les forces de l’ordre qui patientaient sagement le long des boulevards adjacents interviennent en encerclant le périmètre dans un étau de fourgons à gyrophares. Les derniers récalcitrants sont embarqués. A l’aube, la place est un dépotoir. Les brigades de nettoyage de la Mairie de Paris entrent en action. Après le déjeuner, les premiers “deboutistes” émergent de leur grasse matinée pour réinstaller leur petit cirque. Et le cycle de la veille reprend de plus belle.

Cela dure depuis plus de trois semaines. Malgré quelques imitations sporadiques dans quelques autres villes françaises, le rituel reste confiné aux trois hectares de la Place de la République à Paris. Ce happening répétitif tourne en rond, s’égosille et vandalise en toute impunité. Les policiers et gendarmes qui ont des chats terroristes plus sérieux à fouetter sont accaparés par la surveillance de ce petit village gaulois de l’ultra-gauche en goguette. Consciencieusement et aux frais du contribuable parisien, Madame Hidalgo envoie chaque jour les équipes de la voirie récurer ce cloaque.

Qui trouvera une issue à cette mascarade absurde ? Et qui gouverne en France ?
__________
Quelques heures après la publication de ce billet, samedi 23 avril, la Préfecture de Police a décidé d’interdire la consommation d’alcool les samedi et dimanche soirs aux abords de la Place de la République. Les autres jours, c’est “open bar”. Une rapide déambulation dans la soirée de samedi montre que cette mesure ne contrarie en rien la consommation de bière et de vin sur la place.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire