9 juil. 2016

Quand la haine d'Israël constitue le seul élément de radicalité politique, par Brigitte Stora

Sociologue et journaliste, Brigitte Stora a publié cette année Que sont mes amis devenus ? Les Juifs, Charlie et puis tous les nôtres (éd. Le Bord de l’eau), un livre dans lequel elle revient sur les étapes du divorce entre les Juifs et une partie de la gauche. Dans un entretien qu’elle nous a accordé à l’occasion de la conférence qu’elle a donnée au CCLJ le 11 mai dernier, cette femme de gauche revient sur cette dérive où la parole antisémite s’est libérée.


Le pire est-il toujours à venir lorsqu’on observe la porosité de la parole antisémite ?
Personne n’a eu le loisir d’ignorer ce qui s’est passé depuis plusieurs années en ce qui concerne la montée de l’antisémitisme. Lorsque la parole antijuive s’est libérée violemment au début des années 2000 avec le déclenchement de la Deuxième Intifada et la Conférence de Durban sur le racisme, j’ai senti que les choses basculaient brutalement. Je ne pouvais évidemment pas imaginer à ce moment-là qu’Ilan Halimi serait assassiné ni que des enfants juifs seraient abattus de sang-froid par Mohamed Merah. Mais je pouvais sentir que tout à coup quelque chose de grave était possible et qu’à la violence des mots succèderaient celle des actes.


Les Juifs obsèdent certaines personnalités du monde progressiste et de la gauche. Comment avez-vous vu ce mouvement se dessiner autour de vous ?
Le dessinateur Bob Siné que j’ai bien connu est emblématique de cette histoire. A travers la personnalité de Siné, que je ne voyais plus depuis une douzaine d’années, j’ai pu cerner un des ressorts de la dérive haineuse envers les Juifs de certains gauchistes, anticolonialistes ou pacifistes intégraux comme Siné. C’est la culpabilité par rapport à Auschwitz. Pendant la guerre, Siné n'était qu'un adolescent. Mais il s’en est voulu de n'avoir pas vu passer les trains de déportés. Adulte, il n'était plus question de rater une rame. Le train de la lutte anticoloniale sifflait déjà, il a embarqué avec lui les mauvaises consciences nées de cette guerre-là. Et c'est évidemment dans le wagon de première classe que monterait tout naturellement la « juste lutte du peuple palestinien ».

Cela signifie que les Juifs « l’emmerdaient » depuis lors ?
Comme tout le monde, il avait un vrai respect pour tous ces Juifs morts. Mais les vivants ne devaient pas continuer à lui « casser les burnes » ! Mais les Juifs ont remis ça sur le tapis avec la mauvaise conscience. Si encore ils étaient restés ce que de tout temps ils furent, c’est-à-dire les sauveurs de l’humanité ou ceux qui meurent en croix. Mais voilà que ces mêmes Juifs reviennent avec Israël, armés, blindés, et nucléarisés. Peu à peu la levée du verrou lui est apparue comme un nouvel « affranchissement ». L’ivresse de renverser les choses en disant que les victimes sont devenues des bourreaux lui permettait d’effacer l’ardoise de la Shoah et du colonialisme puisqu’Israël est devenu l’Etat militarisé et colonial par excellence [je ne partage bien évidemment pas cette opinion, dk]. Mais en faisant sauter ces verrous et en se libérant de ces tabous, Siné a fini par se vautrer avec de vrais antisémites guidés par la seule obscure boussole de la haine.

Il y a une autre personnalité dont vous parlez dans le livre. Elle est moins truculente que Siné mais elle fait beaucoup plus des ravages : le fondateur de Médiapart, Edwy Plenel. Quel est son problème ?
Il doit avoir été fasciné par les Juifs. Mais la fascination est indissociable de la répulsion. Grâce à Israël et tout ce qu’on va pouvoir dire légitimement sur ce pays et les Juifs, il va passer de l’autre côté. Comme Plenel n’a jamais été dreyfusard et qu’il ne sera jamais Zola, il s’est mis en tête de devenir le Zola des musulmans. Plenel est ce que j’appelle un « amant du chaos ». Il a une responsabilité énorme dans ce climat délétère. Que des gamins ne respectent pas la minute de silence après Charlie, on peut encore comprendre. Ce sont des gosses qui se cherchent et qui trainent encore de réels problèmes identitaires. Mais quand Plenel et Badiou bénéficient de pleines pages dans des journaux comme Le Monde pour piétiner la minute de silence, c’est plus grave. Plenel se prend pour le chevalier blanc dénonçant toutes les dérives des puissants mais c’est en réalité un homme qui fait la campagne des Frères musulmans en France. C’est donc à lui de s’expliquer sur son positionnement. Comment peut-il se réclamer d’une gauche liée à l’émancipation des individus et la fraternité et se retrouver aux côtés des Frères musulmans ? C’est tout l’inverse de ce pourquoi nous nous sommes battus pendant des années.

La pétition lancée par des universitaires français contre l’écrivain algérien Kamel Daoud parce qu’il avait lié les agressions de Cologne à l’islamisme ne relève-t-elle pas de la même posture ?
Oui. Avec les attaques que ces universitaires ont lancées contre Kamel Daoud, cette posture a pris des allures de condescendance coloniale qui serait inimaginable pour n’importe quel autre groupe. C’est  ce que Kamel Daoud a répondu aux 19 pétitionnaires qui l’accusaient de ne pas être légitime ni représentatif des musulmans. Imaginez un instant 19 intellectuels algériens qui se regroupent en meute pour dire à un écrivain français qu’il n’est pas légitime ni représentatif pour parler de la France et de ses problèmes ! Par ailleurs, ces pétitionnaires français ont relayé de manière irresponsable une fatwa visant Kamel Daoud. C’est grave car tous les démocrates de culture musulmane paient l’addition de cette vision du monde pour laquelle l’islamophobie est le nouveau racisme contre lequel il faut lutter. Le problème, c’est qu’au nom de la lutte contre l’islamophobie, on a tué des journalistes et des dessinateurs de Charlie Hebdo, des blogueurs, des poètes et des femmes non-voilées.

Et Alain Badiou ? Son discours hyper radical n’est-il pas devenu inaudible ?
C’est pire qu’Edwy Plenel et je ne pense pas qu’il soit inaudible pour tout un public auprès duquel il connait un regain de popularité. A la faveur de la haine d’Israël, ce philosophe plutôt obscur connait une seconde jeunesse. En reposant la question juive après la Shoah, il se répand dans l’obscénité et l’immonde. Car il n’est plus question d’Israël. C’est bien des Juifs dont Badiou parle quand il explique que seuls les nazis ont tiré toutes les conséquences de la mise en exception du signifiant « juif » ! Il n’invente rien, ce n’est qu’une resucée de l’universel contre Israël. C’est d’autant plus grave qu’il écrit cela en piétinant toute idée de responsabilité. Cela dit beaucoup de choses sur notre époque. Que Badiou ait pu soutenir la révolution culturelle chinoise ou qu’il ait défendu les Khmers rouges au Cambodge, c’est une chose, certes contestable. Mais qu’encore aujourd’hui, il n’en tire aucune conclusion, c’est terrible. Et personne ne lui demande des comptes. L’histoire est passée et tout le monde fait comme si elle n’avait pas eu lieu. C’est pour cela que je qualifie cela de « pensée du non-lieu ».

Vous pourriez en dire autant sur Stéphane Hessel auquel vous consacrez un chapitre ? 
Oui. Il suffit de prendre l’exemple du génocide des Tutsi en 1994 et de regarder comment tous les Stéphane Hessel se sont positionnés par rapport à cette tragédie. Ils n’ont rien vu, ils n’ont rien dit ! Pire, dans son autobiographie Danse avec le siècle, Hessel évoque ce génocide en termes de massacres interethniques ! Cette cécité est insupportable. Comme cela ne rentre pas dans la case des crimes commis par des blancs, cela ne les intéresse pas. Ils vont les expliquer par le biais du néocolonialisme en renouant avec un discours manichéen et presque conspirationniste. Ce qui m’a frappé avec Hessel, c’est qu’aucun journaliste n’a fait son travail de vérification sur sa biographie bidonnée. On dit encore aujourd’hui qu’il est né dans une famille juive polonaise et qu’il a coécrit la Déclaration universelle des droits de l’homme ! Alors qu’en réalité il est né dans une famille allemande antisémite et que ses arrière-grands-parents sont effectivement juifs. Il met en avant son hypothétique identité juive et sa qualité de résistant français pour attaquer sans cesse Israël et déclarer que l’occupation allemande était « inoffensive » et qu’elle « voulait agir positivement » ! Quant à la Déclaration universelle des droits de l’homme, il n’était qu’un témoin parmi d’autres et non pas un des rédacteurs. Chez Hessel, il n’y a que la haine d’Israël qui constitue le seul élément de radicalité politique. C’est pour cela que je ne suis pas tendre avec notre société capitaliste contre laquelle il faut continuer de lutter. Ce n’est pas rien de lancer un vieil homme de plus de 90 ans, Stéphane Hessel en l’occurrence, comme un produit marketing. Cela en dit long sur la pauvreté intellectuelle d’une partie de la gauche et de l’extrême gauche dont les références (Marx, Foucault, Derrida, etc.) sont pourtant d’une teneur beaucoup plus élevée que les propos banals de Stéphane Hessel dans Indignez-vous.

S’il n’y avait eu que la tuerie de l’Hyper Casher, pensez-vous qu’il aurait eu ce même élan national ?
Bien sûr que non. On a pu le voir avec l’affaire Ilan Halimi où ce n’était qu’un enterrement juif. Nous étions nombreux et pourtant si seuls. Même s’il y a eu un véritable effroi après la mort des écoliers juifs de Toulouse, il n’y a que cinq mille personnes qui ont manifesté. Finalement, il n’y a que Renaud qui a écrit une belle chanson sur l’Hyper Casher. Cela fait sûrement partie des petits signes qui prouvent que des choses bougent.

 Interview réalisée par Nicolas Zomersztajn
http://www.cclj.be/actu/brigitte-stora-quand-haine-israel-constitue-seul-element-radicalite-politique 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire