2 oct. 2016

Précis de l’identité juive, par Daniel Horowitz

Israël se définit comme Etat Juif, mais cette définition relève d’une identité, et non pas d’une religion. La religion juive est certes liée à la judéité, mais n’en est pas synonyme. Les Juifs étant un peuple, la judéité constitue l’ensemble de ce qu’on produit les Juifs, dont la religion. Il est vrai qu’en Israël celle-ci bénéficie de privilèges eu égard à l’Histoire, mais c’est également le cas de pays de tradition chrétienne comme le Royaume-Uni, la Norvège, le Danemark, l’Argentine ou la  Grèce, qui n’en sont pas pour autant des théocraties. La France quant à elle est dotée d’une loi séparant l’Eglise de l’Etat, mais cela n’empêche pas les jours fériés d’y être catholiques, ni la religion d’y jouir dans certains cas d’un statut officiel[1], ce qui fait que le clergé peut être payé par l’Etat et les évêques nommés par le Président la République.

Ce n'est pas tant l'aide de nos amis qui nous aide que notre confiance dans cette aide. Épicure
De nos jours de nombreux Juifs à travers le monde sont athées tout en se revendiquant juifs à part entière.  Les ultra-religieux les appellent Apikorsim, référence à Epicure[2]. Mais alors que l’épicurisme a souvent une connotation péjorative, cette pensée est en réalité a l’opposé de l’acception courante, qui en est une caricature.


Epicure estimait que l’homme était autonome, maître de soi, de son corps, des ses actes et de ses pensées.  Quant au monde, il était soumis d’après lui aux seules lois de la Nature, qu’il se représentait comme un télescopage  d’atomes se combinant de manière aléatoire. Cette doctrine de l’absurde impliquait que l’aspiration au bonheur était la seule chose qui vaille.  Le bonheur ne consistait cependant pas pour Epicure à courir les plaisirs, mais plutôt à éviter la souffrance, à surmonter l’angoisse de la mort, à cultiver l’amitié, à se contenter des désirs naturels et nécessaires, et à ne pas hypothéquer la vie en escomptant l’immortalité. Epicure recevait indifféremment femmes, hommes et esclaves dans son Jardin[3], parce qu’il estimait que chacun était en mesure d’améliorer son sort en se cultivant. Il écartait par ailleurs toute idée d’intervention divine, et ne prétendait pas enseigner autre chose que ce que lui-même ne fût à même de comprendre. A noter que Maïmonide[4] fait d’une certaine manière écho à cela en professant qu’on ne peut rien dire de Dieu[5], sauf qu’on ne peut rien en dire.

Les Apikorsim considèrent que la Thora[6] constitue un corpus dont chaque élément est imprégné par l’époque où il fut rédigé, ce qui en explique la diversité stylistique et l’hétérogénéité conceptuelle. Quoi que l’on en pense, il est établi que la tradition juive se nourrit de controverses, or  le Talmud[7] n’est rien d’autre qu’un gigantesque verbatim d’arguties et de palabres avec pour fil conducteur la raison.

Pour les Apikorsim ce n’est pas faire injure à la Thora que de la ranger parmi la littérature, pur produit de l’homme. Ils y  sont attachés autrement que les Juifs orthodoxes, fils spirituels des pharisiens. C’est ainsi qu’alors que les Apikorsim considèrent que la Thora fait partie du patrimoine de l’humanité, les orthodoxes estiment pour leur part qu’elle n’a de pertinence que pour les pratiquants. Les Apikorsim  adhèrent quant à eux à tout ce qui dans la Thora rejoint la pensée humaniste. Par exemple, ce qu’ils retiennent de la fête commémorant la Sortie d’Egypte[8], c’est le rejet de l’esclavage. Cette mise en évidence du droit à la liberté constitue d’ailleurs l’une des contributions les plus importantes du judaïsme à la civilisation occidentale.

La plupart des Juifs font circoncire leurs fils, célèbrent la bar-mitsva et se marient de manière rituelle tout en étant agnostiques. Beaucoup jeûnent à Yom Kippour et allument des bougies la veille de Shabbat en estimant contribuer ainsi à la continuité du judaïsme en tant que culture. L’adhésion au culte et la revendication de l’identité sont cependant deux démarches distinctes. Il est vrai que le peuple juif a une histoire particulière eu égard à la Diaspora, durant laquelle la religion a assuré la pérennité malgré l’éparpillement parmi les nations, mais à notre époque beaucoup délaissent la pratique, en particulier en Israël. C’était d’ailleurs déjà le cas pour la plupart des  pères fondateurs du sionisme,  qui revendiquaient d’autant plus leur identité qu’ils prenaient leurs distances par rapport à la religion.

Spinoza[9] avait estimé dès le dix-septième siècle que les Juifs avaient eu tort de se résigner à l’exil en attendant la venue du Messie, au lieu d’agir en vue d’une souveraineté nationale[10].  Mais tout en émettant cette idée il jugeait que seul un Etat laïque serait à même d’assurer la liberté intellectuelle et religieuse pour tous. C’est ce qui explique que Ben-Gourion,  Einstein et d’autres artisans de l’Etat juif étaient d’ardents spinozistes.  Ils considéraient d’ailleurs que leur maître à penser ayant été sioniste avant l’heure, il méritait qu’on lui fît une place dans le panthéon de la judéité après avoir été excommunié par la communauté juive d’Amsterdam.

En tant que penseur de la modernité, Spinoza considérait  que la Thora était avant tout un texte politique, posant en quelque sorte les fondements de la Constitution de la nation juive. Deux siècles plus tard, Moses Hess[11] affinait cette idée dans un ouvrage [12] où il développait les raisons en vertu desquelles il estimait que la finalité du judaïsme était la souveraineté nationale et non la pratique de la religion.

On ne peut parler d’identité juive sans évoquer en même temps l’antisémitisme, parce que cette parole circule à nouveau librement, en particulier en Europe, cette fois-ci  en imputant aux Juifs la responsabilité des troubles au Moyen-Orient. Selon une étude commanditée par l’Anti-Defamation League, un quart de la population mondiale nourrirait actuellement des sentiments antisémites. Il apparaît entre autres que l’idée que ce phénomène serait lié au conflit israélo- palestinien est un mythe. La Hongrie figure parmi les nations les plus antisémites du monde, mais il n’y dans ce pays ni arabes ni musulmans, ou presque[13].

Ni la Renaissance, ni les Lumières, ni la Révolution Française ni le Socialisme ne sont venus à bout de l’identité juive, qui renaît de plus belle depuis la création de l’Etat d’Israël. Après être sortis des ghettos au dix-neuvième siècle, la rapidité avec laquelle les Juifs ont rallié l’élite intellectuelle, artistique, scientifique et politique a suscité une perplexité durable dans le monde entier.

L’antisémitisme se présente à première vue comme un rejet du Juif, mais si les Juifs n’existaient pas il est clair que les antisémites les inventeraient. En réalité l’antisémitisme est une doctrine du rejet de l’Autre quel qu’il soit. Les Juifs d’abord, les autres ensuite. Les islamistes ont intégré cela depuis longtemps, qui ont fait du rejet une religion.

A bon entendeur salut.

[1] Concordat D’Alsace-Moselle
[2] Philosophe grec de l’antiquité que l’on oppose souvent à Platon.
[3] Référence à l’école de philosophie d’Epicure.
[4] Penseur juif du douzième siècle et référence majeure du judaïsme.
[5] « Le Guide des Egarés », traité philosophique de Maïmonide.
[6] La Torah prise au sens large est une vaste collection de textes rédigés, recopiés, amendés, commentés et revus par de nombreux auteurs au fil de trois millénaires.
[7] Corpus de la Loi Orale
[8] Pâque juive
[9] Philosophe juif d’Amsterdam d’origine marrane.
[10] Traité Théologico-Politique chapitre III
[11] Philosophe allemand proche de Marx et théoricien du sionisme
[12] Rome et Jérusalem
[13] L’on dénombre 0.2 % de musulmans en Hongrie, à comparer à près de 10 % en France, soit cinquante fois plus.

http://danielhorowitz.com/blog/2014/09/22/precis-de-lidentite-juive/ 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire