2 déc. 2016

Pourquoi la France applique à nouveau un symbole distinctif aux Juifs ? par Michael Freund

La semaine dernière, alors que des terroristes palestiniens et arabes étaient occupés à l'optimisation des feux partout en Israël, la France a décidé de se joindre à la mêlée en commettant un acte d'incendie volontaire diplomatique contre l'Etat juif.  Dans un geste aussi odieux qu'hypocrite, le gouvernement du président français François Hollande a choisi de devenir le premier pays de l'Union européenne à commencer à appliquer des lignes directrices qui singularisent les entreprises appartenant à des Juifs dans le Golan, en Judée et en Samarie, en exigeant que leurs produits portent des étiquettes spéciales mentionnant l'origine.
 
Ce gouvernement français, qui n'a rien appris mais tout oublié, se déshonore une fois encore.

Les autorités françaises ont publié les lignes directrices dans le journal officiel du gouvernement, et elles exigent que les différents articles portent le lieu de production – "produit originaire de l'implantation israélienne des hauteurs du Golan," ou "produit originaire de l'implantation israélienne en Cisjordanie," un mouvement qu'ils prétendent servir seulement à fournir au consommateur plus d'informations.

C'est bien sûr, de la foutaise.


Pour commencer, l'exigence s'applique uniquement aux usines appartenant à des Juifs, alors que les entreprises musulmanes appartenant à des Palestiniens n'auraient pas leur marchandise étiquetée de la même façon. En d'autres termes, à sa racine, les critères étant appliqués par la France est l'identité religieuse et ethnique du fabricant, et ces conditions sont applicables seulement aux disciples de Moïse et non à ceux de Mahomet.

Si cela n'est pas raciste et discriminatoire, c'est quoi ? En outre, comme le ministère des Affaires étrangères d'Israël a correctement noté, il y a beaucoup d'autres «territoires contestés» dans le monde entier, mais ni la France ni l'UE n'envisagent d'appliquer une politique similaire pour ces cas. Par conséquent, il n'y aura pas d'étiquettes spéciales pour distinguer les produits chinois fabriqués au Tibet, les articles manufacturés russes en Crimée ou marchandises espagnoles de Catalogne. Pas plus que les produits turcs fabriqués dans les territoires occupés de Chypre, les produits marocains du Sahara occidental, ou marchandises britanniques des îles Falkland contestées ne seront pas affectées. 
Ce ne sont que les Juifs et seulement les Juifs, ceux qui vivent dans des domaines tels que la Judée et la Samarie, qui seront soumis à un "traitement spécial" par les Français. Ceci est non seulement un acte de trahison ; c'est du fanatisme antisémite, pur et simple.
Ajoutant à l'ironie le fait qu'il y a un an, au début de Novembre 2015, Israël a rejoint le reste du monde civilisé et se tenait solidaire aux côtés de la France, qui venait de subir une série d'attaques terroristes coordonnées djihadistes dans les rues de Paris et qui ont laissé 130 morts innocents. Des milliers d'Israéliens se réunirent à Tel Aviv pour montrer le soutien à la Ville Lumière, brandissant des pancartes qui disaient "Tel Aviv est avec Paris" et même chanter l'hymne national devant l'hôtel de ville baigné des couleurs tricolores bleu blanc et rouge du drapeau français.

Maintenant, il semble que la France a décidé de se tourner en faveur de, et en solidarité avec ceux qui cherchent la disparition d'Israël. Le mouvement français va mettre de l'huile sur le feu du Boycott Désinvestissement et Sanctions (BDS), anti-Israël, ainsi que créer une ouverture pour d'autres pays de l'UE à adopter des politiques similaires.  De même il encouragera les Palestiniens à poursuivre dans leur refus obstiné de négocier avec Israël.

Bien sûr, tout cela arrive à un moment où la France et le reste de l'Europe connaissent une forte augmentation de l'antisémitisme. Et c'est se qui rend le mouvement si moralement répugnant et obscène. Les Français ont-ils oublié ce qui est arrivé la dernière fois qu'ils ont décidé d'infliger un «traitement spécial» aux Juifs ? Voici un petit rappel au cas où ils auraient oublié.

En Octobre 1940, le régime collaborationniste français de Vichy, qui a été heureusement allié  avec l'Allemagne nazie, a adopté une loi connue sous le nom de loi juive, qui non seulement interdisait aux Juifs diverses professions, mais aussi aryanisait les entreprises appartenant à des Juifs. Les restrictions ont continué à être renforcées, et ont abouti à l'un des moments les plus sombres de l'histoire française, quand la police française commença à rassembler les Juifs en Juillet 1942, avant de les remettre aux nazis pour être expédiés à Auschwitz.
Parmi les personnes arrêtées par les Français de Vichy il y avait Isaac Kottler, cousin germain de ma grand-mère, et sa femme, Anna. Amateur de journaux et de livres, Isaac avait  amassé une grande collection de volumes. Bien que né à Saint-Pétersbourg en 1902, il choisit de laisser le chaos de la Russie et s'installa en France. Quand ma grand-mère lui rendit visite à Paris avant la guerre, il lui montra sa possession la plus précieuse : un arbre généalogique qui remontait à l'expulsion des Juifs d'Espagne en 1492.  Il lui montra que nos ancêtres avaient vécu à Tolède, et il avait tracé le chemin de leurs pérégrinations à travers l'Europe et les siècles. Mais peu importait : les Allemands et leurs alliés collaborationnistes français voyaient les Juifs comme des étrangers ne méritant pas de vivre sur le sol européen.

Les leçons du passé doivent être claires : singulariser les Juifs et leur coller des étiquettes est un mouvement témérairement dangereux, qui peut rouvrir la boîte de Pandore de la haine et de la fureur. En adoptant une telle démarche, la France n'a pas seulement trahi Israël, elle a tourné le dos à ses valeurs de « liberté, égalité, fraternité » qu'elle prétend si fort faire respecter.

On ne peut pas permettre au plan français d'étiqueter des produits israéliens du Golan, de la Judée et de la Samarie ; on ne peut pas lui laisser de répit, et nous devons tous élever nos voix pour protester contre ce régime répugnant.

Il est temps de leur rappeler d'un point très simple : sept décennies après l'Holocauste, la France et d'autres gouvernements européens n'ont aucun droit de dire aux Juifs où ils peuvent ou ne peuvent pas vivre. Particulièrement dans notre patrie ancestrale...


http://malaassot.over-blog.com/2016/12/pourquoi-la-france-applique-a-nouveau-un-symbole-distinctif-aux-juifs.html 

2 commentaires:


  1. A l’origine de l’odieux mouvement BDS, des groupuscules juifs israéliens, ainsi que le montre Pierre Lurçat dans « La trahison des clercs d’Israël » et dont je vais rendre compte.

    Quant au symbole distinctif (l'étoile jaune), il est effacé par l’étoile bleue. J’en rendrai compte aussi. Séquence d’une longue suite. « i24 News » donne volontiers dans le genre « Haaretz », c’est vrai, il n’empêche que ce reportage est magnifique :
    https://www.youtube.com/watch?v=60Ds44pnxEM

    RépondreSupprimer
  2. Merci, mitnadev, pour ce reportage, très émouvant, que je ne connaissais pas.

    RépondreSupprimer