22 janv. 2017

Les thèses de Thomas Guénolé sur « l’invention » de l’islamophobie ne correspondent pas à la réalité, par Alexandre Del Valle

Contrairement à ce veulent nous faire croire les partisans de la lutte contre l’islamophobie, les associations antiracistes ont des liens accablants avec les milieux islamistes.


Atlantico : Certaines personnalités ont réfuté, ces derniers temps, l’existence de relations entre les associations de lutte contre l’islamophobie et les organisations islamiques qui prônent la radicalité. Qu’en est-il réellement ?

Alexandre del Valle : Les plus grandes organisations et collectifs qui luttent contre l’islamophobie sont animés par des proches de milieux islamistes et des Frères musulmans. Ce sont même parfois des succursales directes de mouvements radicaux. En Angleterre par exemple, certaines associations sont dirigées par des groupes islamistes pakistanais et Frères musulmans, de même que le CAIR aux Etats-Unis (Council on American Islamic Relations), super lobby islamiste lié aux Frères musulmans et aux monarchies du Golfe qui a même réussi à faire passer l’expression « terrorisme islamiste » pour « islamophobe », et qui a obligé les différents présidents américains depuis les années 1990 à supprimer toute référence à l’islamisme en matière de terrorisme, au profit de l’expression vide de sens adoptée par Obama d'« extrémisme violent ».
La ligue islamique mondiale (LIM), comme l’Organisation de la coopération islamique (OCI), financées par l’Arabie saoudite, sont à fonds dans cette stratégie. Au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, depuis des années, on constate une offensive de l’OCI et de la Ligue islamique mondiale qui promeuvent cette idée d’islamophobie sous couvert de « diffamation des religions », ceci dans le but d’interdire toute critique de l’islam qui serait assimilée à une forme de « racisme ». La supercherie de ces organisations est justement de faire croire que critiquer l’islam, qui est droit, mais qui est confondu avec la critique des individus nés musulmans, serait du racisme.

De la même manière, ceux qui nient les liens entre les Frères musulmans et les antiracistes avancent des contre-vérités car si le mot islamophobie trouve des traces dès les années 1920, sa définition actuelle, qui inclut la légitime critique rationnelle de l’islam et le droit au blasphème, est nouvelle et a été forgée et propulsée en Occident depuis l’affaire Rushdie auteur des Versets sataniques, comme l’a bien dit Gilles Kepel, par les milieux pakistanais radicaux de Grande-Bretagne et par la République islamique d’Iran. 

En France, le meilleur exemple des liens entre les obsédés de l’islamophobie et les islamistes radicaux est offert par le CCIF (Collectif contre l’islamophobie), créé en 2003, animé par des islamistes notoirement liés à l’Union des organisations islamiques de France (UOIF, structure française des Frères musulmans). Le CCIF recense en permanence tous les actes supposés « islamophobes » à partir de simples dépôts de plaintes ou signalements sans vérification préalable et sans jamais attendre les verdicts des jugements. Reconnu d’intérêt général en juin 2011, le CCIF est même également membre consultatif du Conseil économique et social des Nations unies depuis la même année, ce qui lui donne une allure « respectable », mais cela ne l’empêche pas d’être une association liée aux Frères musulmans, donc islamiste, qui utilise l’antiracisme comme paravant et masque pour faire avancer un agenda islamiste obscurantiste et liberticide visant à limiter tout bonnement la liberté d’expression.

Meilleur exemple de la malhonnêteté intellectuelle de ce type d’organisation, en 2004, le CCIF a signalé comme un cas « d’islamophobie » la « fermeture d’une école coranique à Grisy-Suisnes » ; or celle-ci, intégriste, avait été ouverte illégalement et elle avait été légalement fermée suite à une agression de journalistes par des personnels de l’école dont son propre directeur, Mohamed Hammami, lequel a été expulsé en 2012 suite à des prêches incitant carrément au jihad et à la haine envers les juifs… 

De la même manière, en octobre 2006, le CCIF a fait passer les protestations d’élus de Lyon contre la venue de l’islamiste genevois notoirement favorable à la lapidation, Hani Ramadan, pour de l’islamophobie, alors que ce frère de Tariq Ramadan, chef de file du centre islamique de Genève proche des Frères musulmans, n’a jamais cessé de justifier l’application des châtiments corporels de la Charia. 

Enfin, comme le rappellent Jean-Christophe Moreau et Isabelle Kersimon, auteurs de Islamophobie, la contre-enquête, en juillet 2012, le CCIF a classé comme « islamophobe » le licenciement, à Gennevilliers, d’animateurs qui refusaient de se nourrir en période de Ramadan alors que leur contrat de travail stipulait bien qu’ils devaient se nourrir et s’hydrater convenablement suite au cas de malaise dû au jeûne qui avait été déploré avec une autre animatrice et qui avait provoqué un accident de la route dans lequel plusieurs enfants avaient été blessés… 

Pire encore, l’un des chevaux de bataille du CCIF depuis quelques années consiste à faire passer pour « islamophobe » la « focalisation des autorités » sur le terrorisme islamiste jugé minoritaire par rapport notamment aux séparatistes alors que 70 % des victimes du terrorisme en Europe depuis les années 2000 ont été tués par des attentats islamistes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire