1 févr. 2017

Ces temps qui changent... par Dry Bones

Cette histoire est tellement dingue que j'étais sûr que c'était une blague. J'ai vérifié. Ce n'est pas le cas !

L'Association Médicale Britannique (BMA) a annoncé que les femmes enceintes ne devraient plus être appelées " femmes enceintes " car cela pourrait offenser les transgenres. A la place, on devrait les appeler " personnes enceintes " de façon à ne pas bouleverser les hommes intersexués et transgenres.

La BMA a dit que le document était une simple orientation destinée à son personnel sur la communication efficace dans le lieu de travail, et non un conseil à ses 156'000 membres sur la façon de traiter les patients.

Quelque chose a vraiment mal tourné !

Sur la grossesse et la maternité, il est dit : « L'inégalité entre les sexes se reflète dans les idées traditionnelles sur le rôle des femmes et des hommes. Si elles ont changé au fil du temps, les hypothèses et les stéréotypes qui sous-tendent ces idées sont profondément enracinées. »


7 commentaires:

  1. Cet article prouve bien qu'il est rédigé par un individu qui ne connaît rien à l'identité de genre et qui balance ses préjugés comme s'il s'agissait de vérités.

    Triste spectacle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "de façon à ne pas bouleverser les hommes intersexués et transgenres"... A mon avis, vu que les transgenres de sexe biologique masculin s'identifient aux femmes, je ne vois pas en quoi cela pourrait les bouleverser. Je sais, je suis ce que vous appelleriez "un transgenre" !

      Et puis je ne vois pas en quoi les intersexués prendraient ombrage des mots "femmes enceintes" ! C'est un non-sens complet !

      Supprimer
    2. Enfin, il y a une différence très importante entre "transgenre" et "transexuel". Une personne transgenre, contrairement au transexuel" n'a pas pris d'hormones et n'a pas fait d'opérations pour avoir une apparence grosso-modo conforme au sexe auquel il s'identifie.

      Certains transgenres n'en feront jamais d'autres se contenteront de prendre des hormones féminines (il deviendront dès cet instant transexuels), d'autres enfin prendront des hormones féminines et passeront sur le billard (eux aussi seront dès lors transexuels).

      Enfin, je le précise car beaucoup font l'erreur :

      le fait d'être "transgenre" ou bien encore "transexuel" ne dit rien de l'orientation sexuelle. Certains sont hétérosexuels, d'autres sont bisexuels et d'autres encore sont homosexuels.

      Supprimer
  2. Relisez bien l'article. Il épingle le politiquement correct et le ridicule de ses précautions oratoires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, bonjour Dov ! :o)

      Je l'ai bien lu, mais je continue de trouver douteux le fait de prétendre que "les femmes enceintes ne devaient plus être appelées " femmes enceintes " car cela pourrait offenser les transgenres. A la place, on devait les appeler " personnes enceintes " de façon à ne pas bouleverser les hommes intersexués et transgenres."

      Si ces propos de la BMA sont critiqués, ils ne le sont alors pas assez clairement. Là, on a l'impression que l'article du Telegraph qui est publié ici en français, annonce cette mesure sans vraiment la dénoncer comme relevant de préjugés manifestes.

      Supprimer
  3. Bonjour. Merci pour vos précisions concernant les transsexuels et transgenres.
    L'article a pour objet de montrer le ridicule du politiquement correct dans le langage. Vous pourriez écrire au Telegraph pour leur expliquer vos réticences.
    Être vieux ou aveugle n'est pas infamant, et je ne vois pas pourquoi on devrait dire à la place personne âgée et autre senior ou personne à la vision réduite.
    Quant au reste : nous avons payé assez cher pour connaître le prix monstrueux causé par les préjugés.
    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  4. Shavou'a tov, Dov ! Je vous remercie pour votre réponse à mes commentaires, ces éclaircissements me rassurent totalement. Je constate que nous sommes 100% d'accord vous et moi.

    Merci encore :o)

    RépondreSupprimer