20 févr. 2017

D'anciens tweets injurieux d'un chroniqueur du Bondy Blog provoquent un tollé, par Eugénie Bastié

Des messages homophobes, antisémites, misogynes et faisant l'apologie du terrorisme de Mehdi Meklat ont suscité une vive polémique ce week-end. L'intéressé s'excuse et argue qu'il s'agissait d'une « provocation » d'un « personnage fictif ».


Sous le pseudonyme Marcelin Deschamps, le chroniqueur du Bondy Blog (site créé à l'occasion des émeutes de 2005 pour raconter la France des banlieues et rattaché à Libération) Mehdi Meklat a tweeté il y a plusieurs années de nombreux messages injurieux. Il a changé depuis son compte avec son vrai nom, ce qui fait que tous ses anciens tweets sont remontés à la surface. Il semble que ce soit au moment de son passage à l'émission de France 5 « La grande librairie » jeudi dernier, à l'occasion de la sortie de son roman Minute dédié à Adama Traoré, que ses tweets polémiques aient été exhumés par des internautes, et notamment le dessinateur de presse Joann Sfar.

« Ben Laden me manque »

Un florilège d'injures est alors remonté à la surface. Les cibles de Mehdi Meklat alias Marcelin Deschamps ont été nombreuses et variées : Marine Le Pen (« Je vais t'égorger selon le rite musulman »), la journaliste Caroline Fourest (« grosse race maudite »), l'académicien Alain Finkielkraut ( « fallait lui casser les jambes à ce fils de p*** » au moment de son expulsion de Nuit Debout) ou encore Charlie Hebdo ( « Charb , j'ai juste envie de l'enc**** avec des couteaux Laguiole »). 

Il s'est également fait remarquer pour des propos antisémites (« faites entrer Hitler pour tuer les juifs ») homophobes ou misogynes (« venez on enfonce un violon dans le c** de madame Valls ») ainsi que par des propos à la limite de l'apologie du terrorisme (« Je trouve la phrase ‘Moi la mort, je l'aime comme vous vous aimez la vie' de Mohamed Merah, troublante de Beauté », « Ben Laden me manque »). Ces tweets exhumés ont suscité une indignation générale, des rangs de la gauche laïque à ceux de la droite et de l'extrême droite.
La ministre de la Famille Laurence Rossignol, a relayé la polémique, et la députée FN du Vaucluse Marion Maréchal Le Pen s'est interrogée: « pourquoi les médias protègent-ils @mehdi_meklat ? »
Le Printemps républicain, collectif de gauche défendant la laïcité, s'est ému de l'affaire dans un communiqué.

« Le plus grave dans l'affaire concernant ce chroniqueur du Bondy Blog, Mehdi Meklat, qui a librement tenu pendant des années sur son fil Twitter (sous le pseudo de Marcelin Deschamps avant de revenir à son nom) des propos antisémites, homophobes, sexistes, insultants à l'égard de telle ou telle personnalité... dont certains tombent clairement sous le coup de la loi, c'est la responsabilité des médias qui l'ont embauché, soutenu, promu, encensé... D'autant, circonstance aggravante, que l'on peut constater ici le gouffre béant du deux poids deux mesures de donneurs de leçon professionnels en matière d'antiracisme et de lutte contre les discriminations. Car un jeune affilié au FN, par exemple, qui aurait commis ce genre de tweets aurait été instantanément, et à fort juste titre, cloué au pilori par ces médias, et se serait certainement retrouvé devant la justice. », écrit le collectif.

« Un personnage fictif »

Après la polémique, l'intéressé a vraisemblablement nettoyé son compte Twitter dans la nuit de samedi à dimanche, passant de 50.000 tweets à seulement 503. Il se défend en arguant qu'il s'agissait d'un « personnage fictif » inventé pour Twitter et questionner « la notion d'excès et de provocation » et que cela ne reflétait pas réellement sa pensée. Il s'est excusé de tweets qualifiés d' « obsolètes ».
Il a reçu le soutien de la journaliste Pascale Clark qui lui avait mis le pied à l'étrier à France Inter dans une séquence appelée « Les Kids ». « A l'antenne Medhi Meklat ne fut que poésie, intelligence et humanité », dit-elle. Le journaliste Claude Askolovitch s'est aussi essayé à le défendre. « Je pense qu'un gamin qui twittait des BLAGUES nazes pour tester sa provoc est moins immonde que ceux qui utilisent ses conneries passées. », a tweeté le journaliste.
Mehdi Meklat, auteur de deux romans aux éditions du Seuil, est apparu récemment en une de l'hebdomadaire Les Inrockuptibles en compagnie de l'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira qu'il interviewait avec son camarade et ami Badroudine Saïd Abdallah (dit « Badrou ») dans les pages. L'hebdomadaire les décrivait alors comme «l'avant-garde d'une nouvelle génération venue de banlieue». Ils avaient également interviewé la ministre Laurence Rossignol dans Libération au sujet de ses propos sur le voile. Ils lui reprochaient alors d'avoir été « raciste » et « insultante ».
Il a également fondé avec le journaliste Mouloud Achour et son ami Badroudine Saïd Abdallah les «éditions du grand Remplacement» où il a publié notamment « Téléramadan », un magazine pour redonner une image positive et décomplexée des jeunes musulmans français. 

Le Bondy Blog a réagi en publiant un communiqué évoquant « des tweets qui n'engagent en aucun cas la responsabilité de la rédaction ». « Puisqu'il y a des évidences qu'il faut affirmer, le Bondy Blog ne peut cautionner des propos antisémites, sexistes, homophobes, racistes ou tout autres propos discriminatoires et stigmatisant, même sur le ton de l'humour. »
François Busnel, l'animateur de La Grande Librairie qui avait invité Meklat le 16 février a publié un communiqué affirmant que si il avait eu connaissance de ces messages, il n'aurait pas invité Meklat à son émission.
Dans un reportage du Monde daté de septembre 2016, son ami Mouloud Achour l'avait mis en garde: « Arrête ces Tweets ! Tu n'es pas dans une cour de récréation ! Les écrits restent, un jour on te les ressortira. » Il avait répondu: « Mes Tweets sont des pulsions ! »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire