14 févr. 2017

Des représentants arabes au congrès « Souveraineté », par Shraga Blum

Les médias les ignorent presque, les partis de gauche aussi, et malheureusement une partie de la droite également. Ce sont les familles arabes palestiniennes qui souhaitent vivre en paix avec les Israéliens tout en acceptant une souveraineté israélienne sur la Judée-Samarie. Ils sont bien plus nombreux qu’on le pense mais ils ont souvent peur de le manifester ouvertement pour des raisons que l’on imagine aisément. Ces Arabes, généralement très déçus par les Accords d’Oslo préfèrent de loin vivre sous administration israélienne que dans un Etat dirigé par l’Autorité Palestinienne ou le Hamas. 

Ils veulent vivre en paix avec les Israéliens tout en acceptant une souveraineté israélienne sur la Judée-Samarie.
Une délégation d’entre eux était présente au congrès sur la souveraineté (Keness Ribonout) qui s’est tenu à Jérusalem à l’initiative des Femmes en vert. Ils ont appelé le Premier ministre Binyamin Netanyahou à profiter de sa rencontre avec Donald Trump pour opérer un changement historique et…faire avancer l’idée d’une extension de la souveraineté israélienne sur la Judée et la Samarie « afin de pouvoir vivre une vraie paix » !


Lors de ce congrès, la délégation arabe a été placée sur des sièges indiquant « Minorités en faveur de la souveraineté » et plusieurs de leurs représentants étaient même assis à la table d’honneur sur l’estrade. Tour à tour, le sheikh Abou Khalila al-Tamimi (Ramallah), Hadj’ Ashraf Jabari (Hevron), Abou Ayin al-Tarifi (Ramallah), Jonathan al-Hour et Annette Hiskaya se sont exprimés, très chaleureusement ovationnés par le nombreuse assistance. 

Plus sioniste que les sionistes, Ashraf Jabari a interpellé les dirigeants israéliens des différents gouvernements : « Pourquoi n’avez-vous jamais annexé la Judée-Samarie ? Ne vous rendez-vous pas compte les souffrances endurées par les deux côtés ? Nous ne sommes pas opposés à l’annexion car Israël à la capacité de la faire et personne ne peut l’en empêcher ! » Il a appelé le Premier ministre Binyamin Netanyahou à « être comme Begin lorsqu’il a annexé le Golan et la partie orientale de Jérusalem ».

De son côté, le sheikh Abou Khalil al-Tamimi, homme religieux, a dénoncé « les corrompus de l’Autorité Palestinienne » et émis son souhait de vivre en paix réelle sur le terrain avec les Israéliens. 

Jonathan Al-Khouri, Arabe chrétien et fils d’un ancien général de l’Armée du sud-Liban, a rappelé le départ à la sauvette de Tsahal du sud-Liban, ordonné par Ehoud Barak, ainsi que les horreurs commises ensuite par les organisations terroristes comme le Hezbollah. « Lorsque Tsahal était maître au sud-Liban, l’économie y était prospère et la qualité des soins ou de l’éducation était élevée. Tout cela a pris fin avec le départ de Tsahal et l’arrivée du Hezbollah » a-t-il regretté. Et il a rajouté : « Il est important que tout le monde sache le rôle important d’Israël dans le respect des droits de l’homme et des lieux saints. 

Jonathan Al-Khouri a également rappelé un fait regrettable quoique pas étonnant du tout : « Il y a un mois et demi, un monastère a été incendié dans les territoires contrôlés par l’Autorité Palestinienne. Nous avons contacté plusieurs médias israéliens importants, mais aucun d’eux n’a jugé important d’en parler… ». Il a conclu en reprochant aux dirigeants arabes d’avoir pris toutes les mauvaises décisions depuis soixante-dix ans.

Enfin, la dynamique militante Annette Haskaya, qui se définit comme « arabe musulmane et sioniste » a reproché aux différents gouvernements israéliens d’avoir presque imposé aux Arabes israéliens de se voir comme Palestiniens : « Je vis dans l’Etat d’Israël et mon drapeau est le drapeau bleu-blanc! »

Photo Yonatan Sindel / Flash 90

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire