23 févr. 2017

Mehdi Meklat : reviens, Marcelin, reviens ! par Barbara Lefebvre

Pauvre petit journaliste innocent… Marcelin Deschamps, double maléfique et raciste de Mehdi Meklat sur Twitter, n'a pas d'avocat. Il porte seul le chapeau. Alors pourquoi ne pas le défendre? Exercice de style.

Le racisme des faces-de-craie (à la Marcellin Deschamps) a encore frappé.

Je ne veux pas hurler avec les loups. Ces derniers jours ta sépulture tweetienne est encerclée de mauvais esprits qui font ton procès par-delà ta mort, symbolique certes mais bien réelle puisque tu es réduit au silence, pauvre minable Marcelin Duchamp [Ndlr : pseudonyme sous lequel Mehdi Meklat publiait les tweets incriminés.]. Et on s’acharne sur ton cadavre. Tu nous as quittés si brutalement, d’un jour à l’autre, avalé par celui qui t’avait enfanté. Et tu es devenu Mehdi Meklat, ce père anthropophage.

Marcelin, sale franchouillard raciste

Mais toi pauvre Marcelin, te voilà aujourd’hui privé de parole, mort et enterré comme dit Mehdi (Télérama, 21/02/2017), dans l’impossibilité de nous expliquer le fond de ton abominable pensée, mêlant l’obscénité, la pornographie, la haine pure et brutale. Alors Mehdi fait tout ce qu’il peut pour t’enfoncer, te faire porter le chapeau, lui qui porte de belles casquettes US, fashion et colorées. Toi tu devais sans doute porter le béret du sale franchouillard raciste que tu étais, n’est-ce pas Marcelin ?

Moi j’aurais simplement voulu te poser quelques questions mais comme tu es mort… Depuis les cieux tweetiens d’où tu nous regardes, tu dois être outré d’entendre Mehdi expliquer que tu n’as pas existé, que tu étais un personnage de fiction excessif (sic). Tu dois te sentir trahi pauvre Marcelin car tu n’as pas ménagé ta peine, pendant des années de tweets, pour être l’incarnation de la « bête immonde ». Il faut le comprendre Mehdi, il a un job, et avec les taux de chômage en banlieue quand on a un job lucratif, faut s’accrocher, tu ne connais pas ça toi, l’adversité du jeune de banlieue, Marcelin Deschamps le sale gaulois. Il a un train de vie à assurer maintenant qu’il fréquente le beau monde, il a sa réputation de “talent des cités” à conserver.

Mehdi, victime du racisme ? !

Ton père spirituel souffre. A cause de toi, on veut le catégoriser comme raciste, antisémite, homophobe parce que c’est facile : qu’il est jeune, qu’il a grandi en banlieue et qu’il est arabe (Télérama, 21/02/2017). Tiens… Mehdi avoue qu’il est facile, presque logique, d’attribuer ces affreuses caractéristiques (dont l’expression relève du pénal) à un jeune ‘arabe’ de banlieue (c’est lui qui se désigne ainsi, pas moi car je n’ai pas l’habitude d’appeler Arabe un Français dont les parents sont d’origine maghrébine). Étrange de la part de Mehdi cette équation car il nous explique souvent via le Bondy Blog ou Téléramadan, ses deux supports de communication, que les braves gars de banlieue dont il est le représentant, sont incapables d’être elles-mêmes racistes, sexistes et homophobes puisque les principales victimes du racisme.

Marcelin, aurais-tu volontairement martyrisé le corps et l’âme de ce pauvre Mehdi ? Il dit que l’horreur que tu représentais n’était que le reflet de ce que lui vivait, que c’était de l’ordre de l’autodestruction. Soit Mehdi a besoin d’un bon psychiatre, soit il nous prend pour des andouilles. En tous cas, selon lui, tu n’étais qu’un prétexte pour tester la limite et finalement tu auras été au bout de ton expérience. Et puis Mehdi est modeste, c’est ce qui est admirable chez lui. Des tweets obscènes et racistes, Mehdi nous explique finalement que c’était un travail littéraire, artistique.

Et c’est là que ta voix nous manque Marcelin, quand Mehdi nous dit que tes cibles étaient les plus faciles : les femmes, les minorités, les gens qui croient. Il faut que Mehdi – Aladin te fasse ressortir de la lampe, toi son si mauvais génie qui l’a conduit au bord de l’abime, il doit te ressusciter pour te laisser le droit de te défendre. A le lire dans Télérama, on aurait presque les larmes aux yeux de tant de souffrances. Ah les affres de la création ! Flaubert, Hugo, Balzac ont connu ça eux aussi, comme Meklat… à cause de ses tweets. Il ne faut cesser de le dire : le niveau monte.

Marcelin, reviens ! Toi pauvre créature littéraire aspirée il y a des mois par le compte Twitter officiel de Mehdi Meklat. Tu étais un mort-vivant jusqu’à samedi dernier où Mehdi t’a complètement fait disparaître des écrans sous la pression de la fachosphère qui ne comprend rien à l’art. Ce sont tes clones du Parti de la haine, Marcelin, qui ont obligé Mehdi à te tuer définitivement. Chienne de vie ! Reviens, car nous sommes nombreux à nous poser quelques questions, précisément sur une chose : le choix de tes cibles.

Des cibles choisies

Une chose m’échappe dans cette affaire de travail littéraire post-moderne relativiste, si tes cibles étaient les plus faciles pour le raciste blanc immonde que tu étais, pourquoi ne nous abreuvais-tu pas de ta haine anti-arabe ou anti-noire ? Mehdi et ses amis du Bondy Blog et leurs amis du CCIF et leurs amis du PIR (oui, c’est toute une chaîne de bons amis qui ne te veulent pas du bien à toi le « sou-chien ») nous expliquent à longueur de journées que les opprimés, les exclus, les déclassés, les bannis, ce sont les ‘Noirs’ et les ‘Arabes’ reclus dans les ‘quartiers’ où la ‘République raciste et coloniale’ a parqué leurs ascendants, les privant d’avenir.

Point de tweets obscènes sur les ‘Noirs’ (tu aurais dit nègre ou bamboula, j’imagine), pourtant les préjugés sont nombreux, tu avais l’embarras du choix, cible facile comme dit Mehdi : leur agilité simiesque, leur sexualité primitive, leur sens inné de la danse, leur bonhommie infantile. On n’a pas lu de tweet monstrueux de ce genre.

Point de tweets obscènes sur les ‘Arabes’ (tu aurais dit bougnoule ou melon, j’imagine), pourtant il y a de quoi faire : tous voleurs, des violents qui battent leurs femmes, des terroristes en puissance dès le berceau, des fainéants incultes, un tweet “qu’est-ce que c’est que ce travail d’arabe” en passant devant une œuvre à la Fiac, ça nous aurait bien fait rire ! On n’a pas lu de tweet monstrueux de ce genre.

Point de tweets obscènes sur les femmes en hijab ou en jilbab (tu aurais dit les Belphégor d’Allah, j’imagine). Pourtant il paraît que “la femme musulmane” (comprendre la femme voilée dans le vocabulaire des potes du CCIF) est l’objet de toutes les violences, institutionnelles et quotidiennes. Aucune insanité sur ces femmes-là, tandis que tu rêvais de sodomiser Brigitte Bardot ou Anne Gravoin. Bizarre. D’ailleurs si tu étais un gros facho Marcelin, pourquoi en voulais-tu à BB, puisqu’il paraît, selon les amis de Mehdi, que c’est une facho elle aussi ? Pour Anne Gravoin on avait compris, c’était ton obsession antisémite, on y viendra.

Point de tweets obscènes sur tant d’autres objets de la haine des fachos islamophobes. Marcelin, tu dormais ou quoi ? Pas de tweet contre Houria Bouteldja qui aime tellement les Blancs et les Juifs qu’elle leur consacre un  livre et les interdit d’entrée à ses réunions décoloniales, pas de tweet contre Marwan Muhammad qui fustige la République raciste et bavait de haine contre l’époux d’Anne Gravoin , pas de tweet contre Tariq Ramadan, contre al-Baghdadi…. Et j’en passe. Cibles faciles pour un facho pourtant. Dommage, on aurait bien ri… puisque tes tweet, c’était drôle selon Pascale Clark, et si elle le dit sur France Inter, c’est que c’est vrai.

Juifs et homos, une obsession…

Tu as en revanche beaucoup, mais alors beaucoup tweetté contre les juifs et les homosexuels. Et contre Charlie hebdo aussi, mais ça devait être à cause de leurs caricatures du pape Benoit XVI n’est-ce pas, Marcelin ? Beaucoup de tweet, ta constance t’honore, mais elle en dit long sur les tourments de Mehdi qui t’hébergeais à l’époque. Je dois dire que c’est cela qui m’a immédiatement étonnée : pourquoi les juifs et les homosexuels ? Pourquoi de plus en plus de rage et d’inventivité dans l’immonde et rien sur les Arabes, les Noirs, les islamistes, les “vrais” discriminés du camp du Bien, celui de Mehdi ?

Je n’ai pas la réponse. C’est toi qui l’as et c’est Mehdi qui la recouvre aujourd’hui de son verbiage pseudo-littéraire qui ne trompe personne, et surtout pas les vrais amoureux de la littérature.

“Au revoir et merci, je me suis bien amusé”  a dit Roman Kacew avant de se suicider. Mais Mehdi Meklat / Marcelin Deschamps n’est ni Romain Gary, ni Emile Ajar. Et pour le Goncourt, ce n’est pas pour demain, quoique, au rythme où vont les choses… Marcelin auras-tu été une personnage de fiction sur Tweeter – qui est à la littérature et à l’art en général, ce que Black M est à la grande musique – ou un Marcelin-Hyde double assumé permettant à Docteur Jekyll-Meklat de dire sinon le fond de sa pensée, du moins de se faire le porte-voix des exclus des banlieues, de tous ces « indigènes » habités par la violence contre les Juifs et les homosexuels. C’est Mehdi qui nous explique aujourd’hui qu’il partageait avec Marcelin cette violence

Nous n’avons plus qu’à demander à Mehdi de te faire revivre pour nous éclairer. Tiens, une idée me vient : et si Mehdi, le futur grand écrivain, nous faisait le coup du buzz-happening littéraire en prenant Marcelin pour sujet de son prochain livre. Mieux : écrit par Marcelin lui-même ! Le Seuil trouvera ça tellement chic et transgressif, Pascale Clark et Claude Askolovitch si brillant et jouissif, Edwy Plenel y verra un pied de nez magistral au parti de la Haine. Comptons sur l’inventivité de Mehdi et le soutien de ceux qui lui veulent du bien. On va enfin rire !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire