26 avr. 2017

Bilan positif : 41 % des Français votent pour les extrêmes ! par Marc Brzustowski

Les résultats du premier tour placent Emmanuel Macron (23,86 %) et Marine Le Pen (21,43 %) en tête. L’abstention s’établit à 21,77 %.

41 % des électeurs ont choisi les extrêmes. Merci Monsieur Hollande !
Pour la seconde fois en 15 ans et pour la seconde fois au terme d’une législature socialiste, l’extrême-droite se retrouve au second tour de l’élection présidentielle. Au terme d’un quinquennat calamiteux et dans une campagne électorale confisquée aux Français par les affaires et instrumentalisée par l’alliance incestueuse entre la justice et les médias, le pronostic des sondages et des médias s’est réalisé sans que jamais le bilan ne soit évoqué. Avec un effondrement des partis traditionnels laminés par les primaires et 41 % (un record !) de votes pour les extrêmes, cela en dit long sur l’état de la démocratie française. Merci Monsieur Hollande !

Ce fiasco est aussi la conséquence de l’autisme des dirigeants qui n’ont jamais intégré l’avertissement des électeurs en 2002, alors même que Jacques Chirac, investi par 82 % des électeurs aurait pu rassembler largement au-delà de sa famille politique et rénover la vie politique du pays. Un avertissement ignoré également par Nicolas Sarkozy et François Hollande. 
 
Étrange pays que la France où, par deux fois, les favoris aux élections présidentielles de 2012 et 2017 ont été flingués en plein vol par des affaires arrivant à point nommé.
 
Pour la première fois sous la Ve République, la droite n’aura donc pas de candidat au second tour d’une élection présidentielle. Merci à la chiraquie qui a voté majoritairement Macron ! Pour tous ceux qui espéraient l’alternance et rompre avec une idéologie où les terroristes sont des malades mentaux et la parole antisémite une opinion et non plus un délit systématiquement poursuivi, il va falloir attendre au mieux les législatives et une cohabitation éventuelle -- mais ne rêvons pas ! --, au pire les présidentielles de 2022.
 
Pour les Juifs de France, le choix (mais est-ce vraiment un choix ?) se situe entre les héritiers politiques de Pétain et de Laval et la continuation de la politique actuelle par un pur produit marketing dont le directeur de campagne finance le BDS. Bienvenue dans la France de 2017 et bon courage !
Commentaire de Simon Frajdenrajch : Oui, les résultats de cette élection présidentielle 2017 font penser à l’ouvrage de Marcel Bloch : « L’étrange défaite », elle aussi survenue pendant une législature socialiste en 1940. Courage : fuyons ! 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire