5 avr. 2017

Himmler et le Mufti la Preuve ! Netanyahou avait donc raison, par Bely

Qui s’en souvient ? En 2015, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou avait accusé le mufti de Jérusalem d’avoir été un soutien fervent de la Shoah en Europe et de l’avoir fait savoir publiquement. Les Palestiniens avaient dénoncé « une réécriture de l’histoire » par Benjamin Netanyahou et de nombreux médias s’interrogeaient dans la foulée sur les « élucubrations historiques du chef du gouvernement israélien ». Les historiens corroboraient déjà à l’époque la version israélienne des faits, mais il manquait des faits tangibles (hormis la poignée de main entre le Mufti et Hitler). Deux ans plus tard, les faits donnent raison à Netanyahou. 

 Heinrich Himmler : " La reconnaissance commune de l’ennemi et la lutte ensemble contre lui est ce qui fonde la base solide de la relation entre les nationaux-socialistes de la Grande Allemagne et les musulmans du monde épris de liberté. " 
Un télégramme envoyé par le nazi Heinrich Himmler, l’un des plus hauts dignitaires du Troisième Reich, adressé au Grand Mufti de Jérusalem Hadj Amin al-Husseini, a été retrouvé dans les archives de la Bibliothèque nationale d’Israël.


« En ce jour malheureux de l’anniversaire de la déclaration Balfour », écrivait Himmler dans un télégramme en date du 2 novembre 1943 au Grand Mufti de Jérusalem Hadj Amin al-Husseini, « je suis heureux de vous transmettre mes vœux chaleureux pour la poursuite de votre combat jusqu’à la grande victoire. Depuis le début, le mouvement national-socialiste de la grande Allemagne est un étendard dans la lutte contre la juiverie mondiale. Notre mouvement suit de très près la bataille des Arabes pour leur indépendance, en particulier en Palestine contre les envahisseurs juifs. La reconnaissance commune de l’ennemi et la lutte ensemble contre lui est ce qui fonde la base solide de la relation entre les nationaux-socialistes de la Grande Allemagne et les musulmans du monde épris de liberté. »

En fait, ladite création fut consignée dans un accord cosigné par Arthur James Balfour, ministre britannique des Affaires Étrangères, et Haïm Weizmann, alors président de la Fédération Sioniste, qui sera élu en 1948 président de l’État d’Israël.

Dans ce document mondialement connu et reconnu sous le nom de « Déclaration Balfour », le Royaume-Uni se déclarait en faveur de l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif avec le respect des communautés non juives sur le territoire. Cette déclaration fut considérée de facto comme une des premières étapes de la création de l’État d’Israël.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire