28 avr. 2017

L’Unesco s’apprête à voter une résolution qui conteste la souveraineté israélienne sur tout Jérusalem, par la rédaction de Tel-avivre

[NdA : Grâce à sa majorité automatique antisiomite, l'Unescroc se prépare une fois encore à se couvrir d'infamie et de ridicule.]

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) devrait voter mardi prochain, le Jour de l’indépendance d’Israël, une résolution qui s’oppose purement et  simplement  à la souveraineté israélienne sur toute la ville de Jérusalem….



L’Algérie, l’Égypte, le Liban, le Maroc, l’Oman, le Qatar et le Soudan ont présenté à l’Unesco il y a quelques mois la résolution au nom des Palestiniens et un nouveau projet a été co-écrit en mars avec des pays européens.

Lors de la prochaine réunion du Conseil exécutif de l’Unesco qui se tiendra à Paris  le premier mai prochain (ironie du calendrier puisque ce sera aussi la date de l’indépendance d’Israël), cette nouvelle résolution doit être soumis au vote. Son texte  stipule que « toute mesure prise par Israël, la Puissance occupante, pour imposer ses lois, sa juridiction et son administration à la Ville de Jérusalem, est illégale et donc nulle et sans valeur ». 

Cette résolution s’oppose donc purement et simplement à la souveraineté israélienne sur toute la ville de Jérusalem y compris pour la partie ouest de la ville. Le ministère israélien des Affaires étrangères travaille d’arrache-pied  à convaincre autant de pays que possible de voter contre cette résolution, tout comme l’administration américaine qui travaille également à faire pression sur l’Unesco et les pays membres pour reporter le vote ou même s’y opposer mais le texte devrait passer facilement compte tenu de la majorité automatique des pays arabes.

Le texte réaffirme par ailleurs que les lieux saints juifs tels que le tombeau des Patriarches à Hébron et le tombeau de Rachel à Bethléem font « partie intégrante de la Palestine » mais la question du Mont du Temple est cependant absente du texte, le projet n’inclut pas l’article concernant les liens juifs avec le Mont du Temple.

Rappelons ici que le 16 avril 2016, la France s’était déshonorée en votant de façon honteuse et immorale pour une résolution qui niait le lien historique entre le peuple juif et ses deux sites les plus sacrés à Jérusalem : le Kotel rebaptisé « Al-Buraq » en référence à Mahomet et le Mont du Temple, renommé aussi mosquée Al-Haram Al-Sharif,  lieu le plus sacré du judaïsme depuis 4 000 ans.

En mai 2016, le Premier ministre français de l’époque Manuel Valls en voyage officiel en Israël, invité à la résidence de France, s’était adressé à la communauté franco-israélienne et avait entamé son discours par ces mots : « Je regrette le vote de la France à l’Unesco, c’était une erreur ». 
La France fera-t-elle deux fois la même erreur ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire