22 mai 2017

"Aucun média français n'a couvert le meurtre de ma soeur Sarah Halimi" (Attal)

William Attal, le député Meyer Habib et Maître Goldnadel à Paris/Jaffa au sujet du meurtre de Sara Halimi.
 
Le frère de la victime Sarah Halimi, William Attal sur le plateau de Paris/Jaffa, le 21 mai 2017
i24NEWS
Dans la nuit du 3 au 4 avril, Kada Traoré, un Musulman de 27 ans, est entré à 4h du matin chez Mme Halimi par le balcon, l'a torturée, et a clamé des sourates du Coran et crié Allah Akbar à plusieurs reprises. Sarah Halimi, médecin et directrice de crèche, a été assassinée dans la nuit du 3 au 4 avril, battue puis défenestrée vivante de son balcon du 3e étage.

Le frère de la victime Sarah Halimi, une femme juive âgée de 66 ans, défenestrée de son appartement situé rue Vaucouleurs dans le quartier de Belleville à Paris, a souhaité évoquer le meurtre de sa sœur dimanche auprès de i24NEWS, parce qu'" aucun autre média français n'a couvert cet événement ". " J'ai attendu sept semaines que les médias français évoquent cet événement mais aucun d'entre eux n'en a parlé ", a confié avec douleur William Attal sur le plateau de Paris/Jaffa.

L’autopsie a révélé plus d’une vingtaine de fractures sur son corps et son visage. La victime a par la suite été défenestrée alors que la police, prévenue rapidement, " se trouve dans l’immeuble mais n'intervient pas ", a indiqué Attal.



" La douleur est toujours présente, mes nuits sont hantées par les propos et les images que je crois percevoir de ce qui s'est passé lors de cette dernière nuit que ma sœur a vécue ", a expliqué Attal. " Un monstre est entré dans l'appartement de ma sœur au milieu de la nuit et s'en est suivi ce qu'aucun être humain ne peut supporter ", a-t-il poursuivi.

" J'ai mis plusieurs jours à me remettre du rapport de police au vu de la violence des coups ", a raconté Attal ajoutant que " le rapport de police confirme que ma sœur a subi des actes de torture pendant plus d'une heure, il l'a massacrée, et les dégâts sont tels que ma décence ne me permet pas de vous donner des détails ".


Alors que les psychiatres judiciaires penchent pour l’irresponsabilité de l’individu, William Attal dénonce une " injustice ", s'interrogeant comment en France, " un tel monstre peut tout simplement être soigné dans un hôpital au frais de la République française ".


Le député de la 8e circonscription des Français de l'étranger, Meyer Habib, dénonce pour sa part " un acte antisémite ".

" M. Attal m'a appelé 48 heures après le meurtre et il m'a donné certains détails qui m'ont permis d'avoir la conviction absolue que cet acte était un acte antisémite ", a déclaré dimanche M. Habib sur le plateau de Paris/Jaffa. " Mme Sarah Halimi est morte parce qu'elle était juive et cela dans un silence assourdissant, pas un média ou très peu de médias ont couvert l'affaire ", a-t-il dénoncé.

Maître Gilles-William Goldnadel, en charge de l'affaire aux côtés de Maître Buchinger dénonce quant à lui, " l'éternel processus de psychiatrisation de tous les terroristes islamistes ". " Si l'assassin était un blond, toute la France serait descendue dans la rue ", a-t-il estimé dimanche, " mais là, comme il s'agit d'un Musulman radical, toute la France politique et médiatique rase les murs ", a-t-il déploré.

" Vous avez aujourd'hui une secrétaire d'Etat au droit de la femme qui vient d'être nommée et qui s'en est pris à Valls lorsque celui-ci s'en prenait à l'antisémitisme islamique et à la détestation d'Israël, donc j'assiste extrêmement navré à une sorte de régression démocratique et intellectuelle ", a-t-il conclu.

Une Conférence de presse se tiendra lundi à 10h30 à Paris lors de laquelle Maître Buchinger en charge de l'affaire interviendra afin de faire le point sur ce meurtre.

https://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/145871-170521-aucun-media-francais-n-a-couvert-le-meurtre-de-ma-soeur-sarah-halimi-attal 

Rappelez-vous. Si vous aviez alors tendu l’oreille, les rares qui évoquèrent l’affaire nous parlèrent d’une vieille dame assassinée, ajoutant que ce meurtre paniquait la communauté juive. Ceux-là que je qualifiai alors d’insensés, d’aveugles et lâches, à l’image d’un Claude Askolovitch et des autres qui tentèrent honteusement d’éteindre l’incendie, je leur décerne aujourd’hui le qualificatif de méprisables.

Parce que Meyer Habib, contacté à l’Assemblée par William Attal, encore bouleversé après les shloshim de Sarah, évoque une femme magnifique, et s’il veille bien à ne pas exagérer les faits, refuse pour autant de les minimiser. Il me dit s’être tu lors de ce qu’il appelle l’affaire du cimetière mais là, il informe très vite ses collègues à l’Assemblée, de François Fillon à Gérard Larcher, en passant par Bruno Retailleau, NKM, Ciotti, et même Mathias Fekl qu’il décrit comme horrifié : de ces dizaines de parlementaires, personne n’était au courant, ils étaient effarés, me dit-il. Certains pensaient que c’était un fake, tant l’info parassait dingue. Tout le monde est abasourdi en Israël, où le Député en a parlé avec le Premier Ministre et l’Ambassadeur. Il y a une sorte de silence en attendant le résultat de l’enquête, répète-t-il. Je ne veux pas rentrer dans des détails scabreux, de barbarie, ajoute-t-il, désireux de respecter la famille, mais mon intime conviction, sur la base des choses que je vous dis et de celles que je vous tais, est que c’est un acte à caractère antisémite. Meyer Habib, il comprend le retentissement de l’affaire Théo mais est abasourdi par le silence qui entoure l’assassinat de Sarah. Evoquant Hyper Casher, Charlie et les victimes de Mohamed Merah, il me dit : c’est une étape encore franchie et il accuse le nazislamisme.

Le BNVCA, entre temps, s’est porté partie civile et Maître Goldnadel, pénaliste de renom, assiste désormais Maître Buchinger. Sur les réseaux sociaux, j’en connais un qui, inlassablement, tous les matins, redit son nom : Sarah Halimi. Pour que vous le reteniez. Pour que tous vous sachiez. Naomi Hal, elle, nous raconte que le frère de Sarah, abattu, la voix brisée, mais digne, debout malgré tout, a à présent entre les mains le rapport de police et les détails du meurtre de sa sœur. Qu’après l’avoir lu, il soit tombé malade plusieurs jours, ça ne vous étonnera pas : il la tabasse, la torture, elle hurle et il récite des sourates du Coran et dit Allah Akbar, un voisin ayant fourni au dossier un enregistrement audio de 6 minutes où l’on entend : Est-ce que tu en veux encore ? L’autopsie révèlerait plus d’une vingtaine de fractures sur le corps et le visage de Sarah.

La non-réaction de notre police ? Celle des dizaines de voisins de l’immeuble, qui entendirent sans broncher les hurlements de Madame Halimi ? Comment ne pas le questionner, le silence complice qui entoure ce meurtre ? Allons-nous accepter que Marine Le Pen fût la seule à dénoncer ce meurtre par un tweet ?

Naomi Hal et Meyer Habib, ils nous informent que les avocats de la famille tiendront une conférence de presse. Petit à petit, nous saurons. Nous parlerons.

Sarah Cattan
http://www.tribunejuive.info/antisemitisme/je-suis-sarah-halimi-jetee-par-la-fenetre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire