1 mai 2017

La Croix Rouge dénonce les mensonges des Palestiniens : « Israël n’est pas un État d’apartheid » par Yaakov Tanenbaum

Un haut responsable de La Croix Rouge a rejeté mercredi les accusations palestiniennes à l’encontre d’Israël :
 
Jacques de Maio : il n’y a pas d’ordre de l’armée israélienne de tirer sur des suspects à tuer

« Israël nous donne, contrairement aux établissements de sécurité de nombreux autres pays, y compris ceux d’Occident, un accès rapide aux hauts fonctionnaires de l’armée israélienne, des services pénitenciers et à d’autres services de sécurité. Nous avons un dialogue utile, productif et professionnel avec eux. Nous avons clarifié avec eux la question des assaillants qui effectuent des attaques terroristes et nous sommes parvenus à une conclusion sans équivoque selon laquelle il n’y a pas d’ordre de l’armée israélienne de tirer sur des suspects à tuer. Les règles d’engagement n’ont pas changé et il est vrai que les soldats individuels ont pris une mauvaise décision à certains moments et qu’il existe de nombreux cas de comportement scandaleux aux passages frontaliers, parfois en violation complète des ordres donnés. Nous n’hésitons pas à signaler cela à l’armée israélienne qui nous donne à chaque fois une réponse professionnelle. C’est pourquoi nous avons rejeté l’accusation, et il y a eu tout de suite ceux qui ont affirmé que nous allions couvrir les crimes de guerre commis par l’armée israélienne et que nous servions les sionistes », a déclaré Jacques de Maio, le directeur de la délégation du Comité International de La Croix Rouge (CICR) en charge d’Israël et des Territoires, dans un entretien accordé au site israélien Ynet.

« La Croix Rouge était sur le terrain en Afrique du Sud pendant l’apartheid, et nous répondons à quiconque fait l’argument qu’Israël est État d’apartheid : Non, il n’y a pas d’apartheid ici. Il n’y a pas de régime ici basé sur la supériorité d’une race par rapport à une autre, il n’y a pas de protection des droits fondamentaux de l’homme fondée sur une soi-disant infériorité raciale. Ce qui existe ici est un conflit national sanglant, la caractéristique la plus importante et la plus tragique étant que cela dure depuis plusieurs décennies ? Ce n’est pas un régime d’apartheid mais de l’occupation », a-t-il insisté.

En 2015 déjà, le dernier président blanc de l’Afrique du Sud, Frederik Willem De Klerk, l’homme qui a aboli les lois raciales, s’était opposé au boycott d’Israël et à « l’odieuse » comparaison entre l’apartheid et le conflit israélo-palestinien.

4 commentaires:

  1. Oui, enfin... Je sais que tous les médias juifs (ou presque) font la fête parce qu'ils ne retiennent que la 1ère partie de Jacques de Maio "La Croix Rouge était sur le terrain en Afrique du Sud pendant l’apartheid, et nous répondons à quiconque fait l’argument qu’Israël est État d’apartheid : Non, il n’y a pas d’apartheid ici. Il n’y a pas de régime ici basé sur la supériorité d’une race par rapport à une autre, il n’y a pas de protection des droits fondamentaux de l’homme fondée sur une soi-disant infériorité raciale. Ce qui existe ici est un conflit national sanglant, la caractéristique la plus importante et la plus tragique étant que cela dure depuis plusieurs décennies ?" mais on oublie un peu trop vite sa conclusion "Ce n’est pas un régime d’apartheid mais de l’occupation" (!!!)

    Pour mémoire, ce qui m'a été enseigné pendant mes études, c'est que la conclusion est le message le plus important. On l'apprend très tôt quand on découvre les dissertations et le plan dialectique: thèse-antithèse-synthèse. La synthèse est la conclusion, et la conclusion est ce que l'on doit retenir, au bout du compte.

    Ce principe de la conclusion comme élément déterminant se retrouve également dans la vie d'adulte (articles de journaux, conférences, etc...)

    Ici, la conclusion est qu'Israël est un occupant, autrement dire une autorité étrangère sur une terre qui ne lui appartient pas et dont elle prend le contrôle. C'est la définition même du colonialisme.

    En d'autres termes, ce que dit Jacques Maio, c'est "Les Juifs n'ont pas créé une société d'apartheid mais ils se sont établis sur des terres qui appartiennent aux Arabes"

    La version courte, c'est "Les Juifs ont volé la terre des Arabes".

    Quoi qu'il en soit, la sortie de la Croix Rouge Internationale n'est pas aussi positive que ce que les médias juifs laissent entendre ou ce qu'ils retiennent le plus souvent.

    Franchement, étant donné l'intégralité du propos de Maio, mon enthousiasme est plus que mesuré. Comme je l'ai écrit sur LPH, les youyous, ce ne sera pas pour tout de suite.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis d'accord avec ta réserve sur la dernière phrase, tu connais ma position. Cela dit, le reste de cette déclaration est sans équivoque, et le mantra des falastinolâtres sur l'apartheid doit être dénoncé comme un mensonge. Il le dit, tant mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, bien sûr qu'il faut dénoncer le mensonge du prétendu apartheid israélien. Bien évidemment que oui ! Tout comme il faut dénoncer celui du prétendu colonialisme israélien !

      Aujourd'hui, l'UNESCO a voté une résolution contestant la souveraineté israélienne sur la totalité de Jérusalem... Qui rogne notre terre ? Qui islamise nos lieux les plus sacrés et se les approprie ? Qui est colonialiste, dans ce conflit ?

      Supprimer
    2. Ah finalement, ce n'est "que" sur la partie Est qu'est contestée la souveraineté israélienne, mais c'est tout autant inacceptable. Il est temps de réaffirmer le fait que Jérusalem est à nous Nord, Nord-Est, Sud, Sud-Est, Est et Ouest, et ce N'EST PAS négociable.

      Supprimer