5 mai 2017

La résolution de l'Unescroc, par Dry Bones

La partie annuelle de lynchage anti-Israël de l'Unescroc : 


Voir ci-dessus la liste des 36 nations qui ne se sont pas jointes à la populace.

A l’exception de la Suède franchement hostile, les pays de l’Union européenne se sont abstenus honteusement, comme la France, ou ont voté courageusement comme l’Allemagne, l’Italie, la Grande Bretagne et la Grèce.

Une fois encore, l’organisme des Nations-Unies pour l’Education, la Science et la Culture bafoue ses principes et sa vocation d’être professionnel, crédible et apolitique. Une fois encore, la politisation de cette organisation onusienne porte atteinte à son caractère universel, tandis que les dirigeants palestiniens en profitent pour dicter leur propre narratif, falsifier l’Histoire et délégitimer Israël.

Cette résolution est non contraignante et personne ne devrait la prendre au sérieux. En réalité, il s’agit d’une simple expression de l’opinion politique au sein d’États extrémistes et anti-israéliens. La direction palestinienne a, une fois de plus, consacré ses efforts internationaux à profiter d’une organisation internationale afin de délégitimer Israël, plutôt que d’instaurer la confiance mutuelle et de rechercher la paix.

Cette hystérie des dirigeants palestiniens visant à délégitimer Israël, à la veille de la rencontre de Mahmoud Abbas avec le président américain Donald Trump, est un camouflet pour la nouvelle administration américaine, et un signe révélateur sur leurs réelles intentions de relancer sérieusement le processus de paix. Leurs intentions partisanes et politiquement motivées, ont un objectif clair : celui de renforcer le caractère islamique de Jérusalem et de nier, voire supprimer, toutes traces du judaïsme et de la chrétienté à Jérusalem.

En tentant de réécrire l’Histoire et de falsifier la vérité, en permettant d’être manipulé et politisé, l’Unesco a fait fi de sa propre autorité inscrite dans sa constitution. Elle a même permis d’être prise en otage par des éléments résolus à atteindre leur but politique, sapant ainsi le caractère universel de l’Unesco en tant qu’organisation professionnelle, éducative et culturelle.

Tout en essayant de réaffirmer l’importance de la Vieille Ville de Jérusalem pour les trois religions monothéistes et sa « signification religieuse pour le judaïsme, le christianisme et l’islam en mentionnant la tombe des patriarches à Hébron et la Tombe de Rachel à Bethléem “, ils nient et annulent toute affinité juridique, historique ou politique entre le peuple juif et l’État d’Israël avec la Ville sainte de Jérusalem et tous les sites juifs.

Cette résolution comprend également les condamnations habituelles, courantes et connues au sein de l’ONU en évoquant des actions négatives d’Israël. Par le biais de l’Unesco, ils affirment vouloir défendre leurs compatriotes dans la bande de Gaza et de la région d’Hébron. Curieusement, ils tentent même par un vocabulaire juridique d’affirmer que de telles actions d’Israël ont un « impact négatif dans les domaines de compétence de l’Unesco ».

Quelle supercherie ! Après de nombreuses années de fouilles non surveillées et à la sauvette sous les mosquées de Jérusalem et du Mont du Temple, y compris le déboisement à outrance de toute trace historique et religieuse du patrimoine juif, les Palestiniens utilisent l’Unesco pour oser condamner les fouilles archéologiques scientifiques israéliennes.

Toutes ces acrobaties pour persuader une communauté internationale naïve de voter une résolution « raisonnable et modérée » qu’ils jugent acceptable pour tous. Cette résolution, ainsi que les résolutions antérieures de l’Unesco adoptées à la demande des dirigeants palestiniens et des États arabes, et soutenues par une majorité d’États membres de l’organisation, ont été générées par un manque flagrant et délibéré de mauvaise foi et de grave désaveu.

En tentant de réécrire l’Histoire et de falsifier la vérité sur le terrain, l’Unesco agit contrairement à sa propre charte. Depuis qu’elle a accepté l’adhésion des Palestiniens à l’UNESCO en 2011, cette organisation onusienne ne peut donc plus être considérée comme telle.

Pour cette raison précise, les Etats-Unis et Israël, ainsi que des Etats sérieux et responsables, qui ont condamné ces résolutions abjectes et absurdes, devraient se dissocier et rejeter ces résolutions. En conclusion, ils devraient réviser leurs positions en ce qui concerne leur adhésion, couper tout lien avec l’Unesco et geler leurs cotisations.

http://jcpa-lecape.org/nouvelle-falsification-histoire-juive-unesco/ 

1 commentaire:

  1. L'UNESCROC, excellent néologisme ! Israël est seul mais n'est pas seul. Les sionistes sont discrets mais actifs. Et l'immense Chine et l'immense Inde ne sont pas anti-sionistes. Patience. On désespère et on ne désespère pas, les montagnes russes, "Dry Bones" l'a dit. Israël c'est tous les jours Alexandre le Grand à Gaugamelès.

    RépondreSupprimer