27 mai 2017

Le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne se sont joints à l’ONU pour désigner Israël comme l’unique violateur au monde des droits à la santé, par UN Watch

L'organisation mondiale de la santé (OMS) de l'ONU a décidé de cacher un rapport positif sur Israël au public sous la pression du régime syrien d'Assad, tandis que l'assemblée annuelle de l'organisation mondiale a adopté hier une résolution coparrainée par la Syrie accusant Israël de dégradation de « la situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem Est, et dans le Golan syrien occupé ».

C’est le comble du cynisme pour la Syrie d'introduire une résolution sur la santé des résidents druzes du Golan, qui vivent en fait très bien sous la juridiction israélienne, alors qu’Assad bombarde ses propres hôpitaux, ses ambulances et son personnel médical.
La résolution, qui coûtera 10 millions de dollars à mettre en œuvre, renouvelle la diffamation annuelle d’Israël en exigeant un point spécial de l'ordre du jour pour la session de l'année prochaine, ainsi que l'obligation d'un rapport par le directeur général, mesure que l'OMS n’applique à aucun autre pays.

Confirmant la déclaration de l'ambassadeur d’Israël Aviva Raz-Shechter, l'Allemagne, l'Italie, les Pays-Bas, la Norvège et 10 autres pays ont pris la parole pour exprimer le regret que, alors qu'Israël a coopéré avec une mission de l'OMS au Golan, « le rapport de cette mission n’a pas été publié ».

« Ceci est clairement dû à la conduite de la Syrie » ont déclaré les pays européens « ce que nous ne pouvons que condamner dans les termes les plus forts. Ceci est particulièrement déplorable au regard de la situation sanitaire catastrophique dans d'autres régions de la Syrie. Selon l'ONU, l'an dernier, plus de 300 établissements médicaux en Syrie ont été ciblés ».
Le texte de cette année, coparrainé par la Syrie et les Palestiniens, ainsi que l'Algérie, Cuba, l'Equateur, l'Egypte, le Koweït, la Libye, le Pakistan, l'Arabie Saoudite, l'Afrique du Sud, la Tunisie et le Venezuela, a supprimé les termes explicites condamnant Israël qui étaient dans la résolution de l'année dernière, probablement une tentative pour obtenir le soutien de l’UE.

Le vote pour maintenir Israël sous le feu des projecteurs de l'OMS l'année prochaine est de 98 contre 7, avec 21 abstentions. Le Royaume-Uni a changé son vote de l'an dernier, passant de Oui à Non, en rejoignant l'Australie, le Canada, le Guatemala, Israël et le Togo dans l’opposition.

« Pour l’ONU, permettre à la Syrie du régime Assad de mettre l'accent sur les conditions de santé est absurde », a déclaré Hillel Neuer, directeur exécutif de UN.Watch, un groupe de surveillance accrédité au statut consultatif auprès des Nations Unies basé à Genève.

« C’est le comble du cynisme pour la Syrie d'introduire une résolution sur la santé des résidents druzes du Golan, qui vivent en fait très bien sous la juridiction israélienne, alors qu’Assad bombarde ses propres hôpitaux, ses ambulances et son personnel médical. L'ONU devrait rejeter le détournement de son programme de santé mondiale par les régimes arabes et les dictatures alliées comme Cuba et le Venezuela ».

« En particulier, l'Assemblée des Nations Unies ne s’occupe pas des hôpitaux syriens bombardés par des avions de guerre syriens et russes, ou des millions de Yéménites qui se voient refuser l'accès à la nourriture et à l'eau par les bombardements saoudiens et le blocus, ni n'adopte une résolution sur tout autre pays dans le monde. » 

« Sur les 24 points inscrits à l'ordre du jour de la réunion, un seul (l'article N° 19 contre Israël) met l'accent sur un pays spécifique. Et la seule mention de la Syrie ne se concentre pas sur la Syrie, mais plutôt sur Israël »

« L'ONU se discrédite en adoptant une résolution qui accuse effectivement Israël d'avoir violé les droits de la santé des Syriens du Golan, alors qu'en réalité les hôpitaux israéliens continuent leurs traitements salvateurs pour les Syriens fuyant le Golan contre les attaques barbares du régime Assad. » 

Citations notables:
 
Le vote suivant des 14 pays européens (Autriche, Chypre, République tchèque, Danemark, Estonie, Finlande, Allemagne, Grèce, Italie, Lituanie, Norvège, Pologne, Slovaquie et Pays-Bas) a condamné la Syrie et a fait l' éloge d' Israël : 
 
« Nous regrettons que — malgré les efforts du Directeur General Chan — il n'ait pas été possible d'adopter la présente décision par consensus... 

Nous nous félicitons de l'approche constructive adoptée par Israël, qui a donné son consentement à la mission de l'OMS dans le Golan syrien occupé ... Il est d'autant plus regrettable que le rapport de cette mission n'ait pas été publié — pas même les parties qui avaient déjà été achevées. 

Ceci est clairement en raison du comportement syrien, que nous ne pouvons que condamner dans les termes les plus forts. Ceci est particulièrement déplorable compte tenu de la situation sanitaire catastrophique dans d'autres régions de la Syrie. Selon l'ONU, l'an dernier, plus de 300 établissements médicaux en Syrie ont été ciblées ». 

L'Iran a utilisé l'Assemblée mondiale de la Santé en tant que forum pour réitérer le fait qu'il ne reconnaît pas Israël :
« Conformément à nos positions cohérentes, nous exprimons nos réserves concernant les parties du projet [...] et le rapport [...] qui pourrait être interprétée comme une reconnaissance du régime israélien. » 

Le rapport de l' OMS — expliquant pourquoi il a caché les parties du rapport faisant l’éloge d’Israël — évoque des « contraintes temps » et « des informations supplémentaires nécessaires ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire