27 mai 2017

Pourquoi la politique arabe de Donald Trump est plus subtile qu'il n'y paraît, par Pierre Rehov

Une fois de plus j'ai été surpris de constater l'écart entre les discours du président Donald Trump en visite officielle au Moyen Orient et ce que la plupart des médias, y compris américains, ont bien voulu rapporter. L'un des points culminants de cette erreur de lecture, volontaire ou non, a été à mon sens la rubrique d'Éric Zemmour au micro d'« On n'est pas forcément d'accord » sur RTL. 

La vision de Donald Trump en la matière, est claire. Le terrorisme et la radicalisation sont la source du problème et non leur conséquence et la paix entre Israéliens et Palestiniens ne peut se faire sans un accord global, incluant l'intégralité des pays de la région. (Photo Evan Vucci/AP)

D'après le polémiste, Trump aurait redonné aux Saoud leurs lettres de noblesse, en chantant les louanges d'un merveilleux pays et en s'extasiant devant l'accueil fastueux que les rois du pétrole lui avaient réservé. À croire qu'en visite officielle à Riyad, le président des États Unis avait d'autre choix que de jeter le chaud et froid sur son auditoire, s'il voulait faire passer son message d'union renforcée contre l'hégémonisme iranien et le radicalisme salafiste. 

Il est vrai que la première partie de son intervention n'a fait qu'encenser le royaume et son leader dont « les mots ne rendent pas justice de la grandeur de ce remarquable lieu et l'incroyable hospitalité qui lui a été offerte ».

S'il en était resté là, Éric Zemmour aurait eu, comme souvent d'ailleurs, raison dans son analyse. Mais c'était sans écouter la suite du discours, écrit dans un langage qui tranche, ô combien, avec les atermoiements de Barack Obama, tout en courbettes devant le précédent monarque et qui, de toute sa carrière, n'a jamais été capable d'associer les termes « terrorisme » et « islamiste ».

Tout d'abord, notons un point intéressant, presque jamais relevé. Le royaume d'Arabie Saoudite est interdit aux Juifs. Ce qui n'a pas empêché Donald Trump de se faire accompagner par sa fille, Ivanka, convertie au judaïsme orthodoxe depuis son union avec Jared Kuchner.

L'on pourra donc trouver jubilatoire l'image du roi Salman serrant la main, en son royaume, à une jeune femme cheveux au vent, représentant ce que l'Islam radical abhorre depuis que Mahomet -- après avoir massacré la tribu des Koraichi qui refusaient la conversion forcée -- jeta un anathème sur les Juifs. Un anathème sans doute à la source du conflit israélo-arabe d'aujourd'hui. 

Une première, donc, dès l'arrivée de Trump sur le sol saoudien, à laquelle il faut ajouter un petit détail de protocole. Le roi Salman -- fait unique -- plutôt que de circuler dans son carrosse royal a rejoint son palais dans la voiture présidentielle. 

Le ton, quelque part, était donné. Loin d'accueillir un vassal, soumis à la toute-puissance du pétrodollar, le Saoud, toute honte bue, faisait, par ce geste, la démonstration d'un renversement d'allégeance. Chacun sa place et les moutons seront bien gardés.

Plus tard, devant le même roi et 50 dirigeants de pays islamiques, le Président américain s'est livré à ce discours historique, sans compromis, et d'un réalisme étonnant.

« Avec l'aide de Dieu, ce sommet marquera le début de la fin pour ceux qui pratiquent la terreur et répandent leur vile croyance ». Cette phrase ne fut que l'amorce de ce qui allait suivre car, devant une audience subjuguée, pour ne pas dire tétanisée, le président Trump ne s'est pas gêné pour ajouter: « Les leaders religieux doivent être très clairs là-dessus : la barbarie n'apportera aucune gloire, l'adoration du mal ne vous apportera aucune dignité. Si vous choisissez le chemin de la terreur, votre vie sera vide, votre vie sera courte et votre âme sera condamnée à l'enfer. »

À qui s'adressait-il ? Aux leaders de Daesh, d'Al Qaida ou du Hamas ? Non, aux dirigeants des pays du golfe qui l'écoutaient sans en croire leurs oreilles. Il est utile de noter que, contrairement aux Occidentaux, les musulmans ne craignent pas la mort, mais sont terrifiés par l'enfer, auquel ils croient sans la moindre nuance. 

Et comme si cette menace ne suffisait pas, Trump d'ajouter :
« Chaque pays de cette région a un devoir absolu de s'assurer que les terroristes ne trouvent aucun abri sur leur sol. Cela veut dire affronter honnêtement la crise de l'extrémisme islamique et les groupes terroristes islamiques qu'il inspire. Et cela veut dire aussi se dresser ensemble contre le meurtre d'innocents musulmans, l'oppression des femmes, la persécution des juifs, et le massacre des chrétiens ». 

Un grand discours, telle une belle symphonie, ne peut se concevoir sans un crescendo conduisant à une apothéose. Je relèverai donc ce passage, prononcé avec force et conviction : « Un meilleur futur n'est possible que si vos nations se débarrassent du terrorisme et des extrémistes. Jetez les dehors. Jetez-les hors de vos lieux de culte. Jetez-les hors de vos communautés. Jetez-les hors de vos terres saintes, et jetez-les hors de cette terre ».

Cette emphase n'est pas innocente, car pour que les dirigeants musulmans présents soient ainsi conviés à s'attaquer au terrorisme, encore fallait-il qu'ils commencent par reconnaître leur responsabilité dans la naissance d'organisations extrémistes parmi les pires.

De la même manière, souligner que les Juifs ont longtemps été persécutés et les chrétiens massacrés dans les pays musulmans n'a pas dû passer sans quelques grincements de dents au sein de l'auditoire. L'Émir du Qatar, quant à lui, n'a pas dû non plus apprécier que le président américain cite le Hamas parmi les organisations terroristes à combattre.

Mais, de toute évidence, contrairement à Barack Hussein Obama qui voulait bouleverser la donne géopolitique régionale par un renversement d'alliances incluant un rapprochement avec l'Iran et les frères musulmans, Donald Trump avait pour but principal un retour à la norme établie par Roosevelt à la fin de la deuxième guerre mondiale, c'est-à-dire le renforcement du traité liant l'Arabie Saoudite et les pays du Golfe à l'Amérique. 

Soit dit en passant, alors que le très controversé accord signé par les pays occidentaux avec l'Iran a permis à ce dernier de recevoir des milliards de dollars, en échange d'une promesse -- encore à tenir -- de renoncer à l'armement nucléaire, Trump est reparti d'Arabie Saoudite avec, en poche, plusieurs contrats d'une valeur globale de 410 milliards de dollars, dont l'emploi américain sera le premier bénéficiaire.

Mais Trump n'était pas à un renversement des tabous prêt. N'a-t-il pas, en effet, insisté sur le fait qu'il quitterait l'Arabie Saoudite pour se rendre en Israël (pays dont l'existence n'est toujours pas reconnue par la quasi-totalité du monde musulman) et plus précisément à Jérusalem, pour y rencontrer le premier ministre Benjamin Netanyahou ? Le simple fait d'avoir prononcé par trois fois, à Riyad, le mot « Israël » serait déjà en soi une petite révolution des esprits. Mais cela n'est rien comparé à l'autorisation que l'avion présidentiel, Air Force One, reçut de déposer un plan de vol reliant Riyad directement à l'aéroport Ben Gourion. Pour la première fois, depuis la naissance d'Israël, un avion décolla d'Arabie Saoudite pour atterrir, sans détour, en terre promise. 

Ce ne sont peut-être que des détails, mais d'une importance majeure quand l'on connaît la portée des symboles au Moyen Orient. Contrairement à son prédécesseur, pour qui la « volonté expansionniste » d'Israël était la cause de tous les maux de la région, et son « occupation » de territoires disputés -- que les Arabes revendiquent pour y établir une vingt cinquième dictature -- responsable d'un extrémisme étranger par essence à une religion qualifiée « de paix et d'amour ».

La vision de Donald Trump en la matière, est claire. Le terrorisme et la radicalisation sont la source du problème et non leur conséquence et la paix entre Israéliens et Palestiniens ne peut se faire sans un accord global, incluant l'intégralité des pays de la région. 

Hasard tragique de l'histoire, il a fallu qu'un énième attentat ensanglante le monde occidental, cette fois à Manchester, la veille de la rencontre entre Trump et le président de l'Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas. Le président américain ne put s'empêcher de souligner la coïncidence : « C'est très intéressant, dit-il, que notre réunion se passe juste après l'horrible soirée de mort pour de jeunes innocents. La paix ne peut pas prendre racine dans un environnement où la violence est tolérée, financée et récompensée. »

Une fois de plus, le message ne pouvait être plus clair. Alors que le congrès américain s'apprête à voter le « Taylor Force Act » dont le but est de couper les vivres à l'Autorité Palestinienne tant que celle-ci continuera de salarier les djihadistes et leurs familles et que ses médias inciteront quotidiennement au meurtre des Juifs, Trump ne s'est pas privé de rappeler à Abbas les risques qu'il encourrait. 

De même qu'en mêlant chaud et froid dans son discours de Riyad il a souligné qu'il était temps pour les gouvernements arabes, s'ils voulaient compter sur le soutien des Américains, de cesser leur soutien au terrorisme. Aussi bien sunnite que chiite. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire