13 juin 2017

COUPURE D’ELECTRICITE A GAZA : LA MALHONNETETE DES MEDIAS FRANCAIS, par Infoéquitable

Cas unique au monde, Israël fournit de l’électricité à un territoire, Gaza, en dépit de la guerre que lui mènent ses dirigeants. C’est l’Autorité palestinienne qui règle les factures mais elle a décidé de réduire sa contribution pour nuire au Hamas, son rival. Comme tout fournisseur, Israël a répercuté cette baisse de revenus sur la quantité d’électricité fournie. Ces titres incomplets font croire qu’Israël veut asphyxier Gaza alors que cette responsabilité revient aux rivaux arabes du Hamas.


http://www.infoequitable.org/ 


Mahmoud Abbas a décidé de réduire la fourniture d’électricité à la bande de Gaza pour mettre la pression sur le Hamas qui refuse de lâcher le pouvoir. Le gouvernement palestinien du Président Mahmoud Abbas a décidé d’arrêter de payer l’électricité de la bande de Gaza et d’arrêter d’envoyer de l’argent au territoire sous contrôle du Hamas.


Le 25 avril, l’Autorité palestinienne a soumis une demande officielle à Yoav Mordechai, le directeur du COGAT, (Coordination des activités dans les territoires) pour qu’il cesse de fournir les 12 millions de dollars d’électricité par mois à Gaza, montant qu’Israël retient sur les revenus fiscaux qu’il encaisse pour le compte des Palestiniens.
Cependant, conscient du risque humanitaire, Israël a refusé de répondre à la demande des Palestiniens, et a continué à livrer de l’électricité à Gaza, rapportait Palestine Pulse le 9 mai dernier. (Source : al-monitor.com)

Après de nombreuses années de tentatives de réconciliation, qui ont toutes échoué, Abbas tente depuis quelques mois de pressuriser financièrement le Hamas, en espérant le contraindre à abandonner le contrôle de Gaza, que l’organisation terroriste islamique dirige depuis une dizaine d’années. Abbas a commencé par réduire les salaires de ses employés à Gaza, puis il a arrêté de payer les anciens prisonniers, et à réimposé des taxes sur le fuel destiné aux centrales électriques.


Sa dernière manœuvre a été de demander à Israël de réduire l’électricité de Gaza de 40 pour cent, ce qu’Israël a refusé.


Une solution de compromis vient d’être trouvée, et le gouvernement israélien a décidé ce dimanche de réduire la livraison d’électricité de 45 minutes. La décision israélienne semble être un compromis entre la rigidité de Mahmoud Abbas et l’exigence du cabinet de la Sécurité du gouvernement israélien de ne pas laisser au Hamas le prétexte de déclencher un nouvel affrontement.


Cependant, le mouvement islamiste terroriste palestinien a mis en garde contre le risque d’une « explosion » dans l’enclave, en cas de pénurie de courant. Le Hamas a dénoncé la responsabilité de l’Autorité palestinienne, tout en accusant Israël d’avoir cédé aux demandes de Mahmoud Abbas.


Fawzi Barhoum, un autre porte-parole du Hamas, a accusé le Fatah de prendre le parti d’Israël : « Abbas se place en état de confrontation avec le peuple palestinien, » a déclaré Barhoum. « Les conséquences seront catastrophiques et désastreuses, non seulement pour le Hamas, comme ils le pensent, mais pour tous les habitants. » « Cette décision israélienne est dangereuse et catastrophique, » a déclaré un autre porte-parole du Hamas, Abdulatif al-Qanou. « Cela accélère la détérioration de la situation de la bande de Gaza. »

La réalité est très largement exagérée par le Hamas, quant à la détérioration de la situation : le mois dernier, Dreuz publiait un reportage sur le concessionnaire Mercedes Benz de Gaza, qui vend des voitures haut de gamme à plus de 300 000 dollars, et saluait la bonne santé économique retrouvée de Gaza, avec ses hôtels 5 étoiles, ses restaurants gastronomiques, et les villas de milliardaires qui s’alignent sur la côte, dans un contexte où les classes moyennes et populaires ont un bien meilleur niveau de vie que leurs voisins égyptiens.


Israël fournit de l’électricité aux 10 centrales électriques qui couvrent environ 30 pour cent des besoins de Gaza. Le Hamas a préféré investir dans les missiles, l’achat d’armement, la construction de tunnels terroristes et les rampes de lancement souterraines de roquettes plutôt que dans les infrastructures pour la population, qui ne dispose de ce fait que de quelques heures d’électricité par jour.


L’Egypte fournit également de l’électricité, mais le pays étant plus pauvre que Gaza, les fournitures sont moins régulières.


Chaque mois depuis 10 ans, a expliqué à l’AFP un responsable du Hamas, Tareq Rechmaoui, l’Autorité palestinienne « paie 45 millions de shekels (11,3 millions d’euros) à Israël et sept millions de shekels (1,8 million d’euros) à l’Egypte pour alimenter Gaza en électricité », et a décidé d’arrêter pour pousser le Hamas à abandonner le pouvoir.


Pour le Hamas, cette nouvelle pression ne pouvait pas arriver à un pire moment. Le mouvement terroriste craint pour les centaines de millions de dollars que lui verse le Qatar, qui subit une crise diplomatique majeure.


Le Hamas est responsable de « la détérioration de la situation » depuis 10 ans, par son refus de réconciliation, accuse le Fatah. « Pour sortir de la crise, le Hamas doit répondre à la proposition de Mahmoud Abbas pour mettre fin à la division », ajoute Ramallah.


« En cas d’échec, déclare Ahmed Majdalani, un député d’Abbas, à la prochaine étape, l’Autorité palestinienne va très fortement réduire les fournitures de médicaments qu’il envoie à Gaza tous les mois car, explique Majdalani au journaliste d’Associated Press à Gaza Fares Akram, le Hamas « revend les médicaments et encaisse l’argent. » Seuls les « médicaments nécessaires » aux hôpitaux seront envoyés.


Interrogé sur le risque d’explosion de la situation, le ministre israélien de la Sécurité intérieure a dit n’être « pas sûr que cela provoque un affrontement militaire ». « Il se peut que les Palestiniens commencent à comprendre la catastrophe que représente pour eux le Hamas », a-t-il dit.


Conclusion

 
C’est dans ces moments-là –- lorsqu’il est impossible d’accuser Israël de causer le malheur des Palestiniens –- que l’indifférence des grandes consciences de gauche et l’hypocrisie des organisations pro-palestiniennes, BDS, CAPJPO en tête, éclate aux yeux de tous. Aucun groupe de soutien aux Palestiniens n’a fait entendre sa voix pour dénoncer cette décision inhumaine du Président Mahmoud Abbas. Le 1er juillet prochain, l’association France Palestine Solidarité et Emwas Charitable Society-Palestine (Emmaüs en arabe), organisent une journée de solidarité avec la Palestine. Aucune dénonciation, aucun communiqué de leur part pour dénoncer Abbas.


Ni Leïla Shahid, ni Moncef Chahed de France Palestine, ni Ahmad Abu Ghoush, le président d’Emwas Palestine, ni Christiane Hessel, la veuve du militant Stéphane Hessel sur la tombe duquel le Président Hollande dira que c’était un menteur, et qui verse des larmes de crocodile sur le sort des Palestiniens, ni Claude Léostic, la présidente de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, ni Salman El-Herfi, l’ambassadeur de Palestine à Paris, et ni probablement le pire de tous, le cynique communiste Jean-Claude Lefort président « d’honneur » de l’association France Palestine solidarité, n’ont émis la moindre protestation. Quel ramassis d’hypocrites.




Sources :
https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-05-03/abbas-stops-funding-gaza-electricity-to-pressure-hamas
http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/05/palestinian-authority-stop-funding-electricity-israel-gaza.html
http://www.telegraph.co.uk/news/2017/06/12/israel-cuts-gaza-electricity-palestinian-president-says-will/
https://www.dailysabah.com/mideast/2017/06/12/palestines-abbas-asks-israel-to-reduce-power-to-gaza-in-bid-to-pressure-hamas

© Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire