12 juin 2017

Du bon et juste usage du voile, par G.W. Goldnadel

Ainsi donc dans sa décision très pertinente du 7 juin, la Cour de cassation a annulé cette injuste condamnation de Valeurs Actuelles pour provocation à la discrimination en raison d’une couverture présentant Marianne voilée. J’avais dit à l’époque tout le mal que je pensais de voir cette initiative intempestive d’une union des étudiants juifs de France satellisée par cet astre aujourd’hui démagnétisé que fut Parti Socialiste.

Il est non seulement licite, exclusif de toute détestation religieuse ou ethnique, mais salutaire de vouloir s’opposer aux menées de l’islam politique ou de l’islamisme radical et conquérant.

Comme il relève du droit citoyen de pouvoir tenter de s’opposer librement à l’irrésistible invasion de l’immigration clandestine et forcée. Pour ceux qui n’ont pas compris dans quelle situation aussi illégale qu’inextricable nous nous trouvons je recommande urgemment l’indispensable lecture d’une “ Guerre sans fin ” (Cerf) de Pierre Lellouche qui sait lui de quoi il parle.

Qu’une organisation qui prétend représenter les étudiants juifs persécute judiciairement un journal dans lequel je m’honore d’écrire qui défend depuis toujours l’existence de l’État d’Israël, et se fait le principal contempteur de l’antisémitisme islamiste d’aujourd’hui heurte le bon goût et le bon sens. C’est lui, aux côtés du Figaro, et non les journaux de gauche qui réclamait la semaine dernière la vérité pour Sarah Halimi, torturée et assassinée.

Si l’organisation estudiantine défaite veut poursuivre le mésusage politique du voile, elle serait mieux inspirée d’aller réclamer des comptes à Élisabeth Guigou, au sortir de la mosquée de Pantin. Mais cela, visiblement ne l’intéresse pas. Les temps sont durs pour ceux qui prétendent lutter contre l’islamisme tout en fréquentant le socialisme. Je leur déconseille fortement de traverser la Manche. En dépit une chape de plomb idéologique qui le protège mieux qu’un bouclier en laiton, le passé récent du leader travailliste Jérémy Corbyn démontre que nos islamo-gauchistes bien de chez nous sont de la petite bière comparés à la cervoise angloise.

On reste confondu que Teresa May n’en est pas fait son miel, en acceptant, quelques jours après les attentats sanglants de Manchester et de Londres, que le débat ne porte que sur la question policière, nécessaire mais superficielle.

Jérémy Corbyn, en effet, n’est pas qu’un islamo-gauchiste pur et dur, il est un véritable compagnon de route de l’islamisme radical le plus dangereux. Qu’on en juge à cette lecture du Monde du 16 septembre 2015 : “ après l’avoir nié, Corbyn  a admis avoir rencontré à Londres en 2009, Abou Jajah, ancien combattant du Hezbollah et leader en Belgique d’un mouvement islamiste, la Ligue Arabe Européenne qui a organisé à Anvers en 2002 des manifestations communautaires qui ont tourné à l’émeute ”. Il a fréquenté à plusieurs reprises le négationniste Paul Eisen, ce qu’il a également reconnu. 

Le pire arrive  : “ En juillet 2015 « Monsieur Corbyn a tenté en vain d’intervenir auprès de la banque HSBC qui venait de clôturer d’autorité le compte de la mosquée de Finsbury Park. Une enquête de la BBC a établi que cette décision avait été prise afin d’éviter les foudres de l’administration du fait de l’inscription du lieu de culte sur un fichier de vigilance bancaire sous la rubrique « terrorisme » en raison de ses activités antérieures à 2005 (…) l’interdiction bancaire est aussi liée, selon la BBC, à la présence au conseil d’administration de la mosquée de Mohammed Sawalah, une figure des Frères Musulmans soupçonnée d’être un ancien commandant du Hamas à Gaza. Alors que Monsieur Sawalah occupe cette position depuis la réouverture de la mosquée en 2005, le retrait de HSBC semble consécutif à la décision de David Cameron en 2014 de commander un rapport sur les liens entre les Frères Musulmans et le terrorisme ”. Un esprit judiciaire chagrin pourrait y voir un acte de complicité avec les terroristes islamistes.

Mais le monde médiatique n’a pas l’esprit chagrin. Ainsi, notre radio nationale de service public, ce dimanche, s’émouvait davantage de la perspective de voir Teresa May s’allier avec un parti irlandais unioniste pro-life et anti mariage gay plutôt que cette alternative d’imaginer le 10 Downing Street occupé par un collaborateur zélé de l’islam radical. 

Combien de morts encore, combien de condamnations injustes, combien de calomnies, combien de stupidités, avant la simple et factuelle vérité ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire