15 juin 2017

La Knesset approuve en lecture préliminaire une loi contre les salaires des terroristes, par Marissa Newman

Le projet de loi, qui permettra de déduire des revenus fiscaux de l’AP le montant versé aux terroristes, franchit un premier obstacle.

La Knesset a approuvé mercredi en lecture préliminaire un projet de loi qui réduirait radicalement les fonds alloués à l’Autorité palestinienne (AP) en raison des salaires que Ramallah octroie aux terroristes et à leurs familles. Quarante-huit membres de la Knesset ont voté en faveur du projet de loi, et 13 s’y sont opposé.

Des responsables israéliens ont indiqué mercredi que les Palestiniens versaient toujours des subventions aux terroristes incarcérés, contrairement à ce qu’avait affirmé le Secrétaire d’État américain Rex Tillerson.

Dans le cadre de ce projet, Israël réduirait d’un milliard de shekels le revenu fiscal qu’il perçoit pour les Palestiniens et qu’il leur reverse, soit l’équivalent du montant que Ramallah alloue aux terroristes et à leurs familles, une pratique qu’Israël et la communauté internationale tentent de stopper.

Elazar Stern (photo credit: Kobi Gideon/Flash90)
Elazar Stern, ancien général de l’armée israélienne et député de Yesh Atid. (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

Rédigé par le député Elazar Stern (Yesh Atid), le projet de loi a été cosigné par des membres de la Knesset appartenant à la coalition et à l’opposition, notamment par le président de la coalition David Bitan et le président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense Avi Dichter, tous deux du Likud.

La commission des Affaires étrangères et de la Défense, aussi puissante que secrète, a été chargée mercredi de préparer le projet de loi pour les trois prochaines lectures nécessaires à l’adoption de la loi.

Eli Ben Dahan (HaBayit HaYehudi), vice-ministre de la Défense, a soutenu le projet de loi mercredi, affirmant que « ce n’est pas possible que [les Palestiniens] cherchent à faire la paix avec Israël, tout en continuant à financer le terrorisme ». « La première étape de la normalisation avec l’Autorité palestinienne sera de couper [ses liens] avec le terrorisme », a-t-il ajouté.

Le projet de loi a été jugé « draconien » par le député Youssef Jabareen, de la Liste arabe unie. « C’est une punition collective contre l’ensemble de la population palestinienne, a-t-il affirmé. Il n’y a quasiment aucune famille qui n’a pas un proche qui soit prisonnier sécuritaire. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire