23 juin 2017

L’Iran a raté 6 de ses 7 tirs de missiles sur l'Etat islamique, par JForum

Sources israéliennes : la frappe de missiles tirés d’Iran est un fiasco historique, la plupart des missiles manquant leur cible. Les analystes israéliens réellement scotchés par la mauvaise performance iranienne : 3 missiles se sont lamentablement échoué en Irak, un seul sur sept, a atteint sa cible.

 

C’est un flop, échec cinglant. Ça fait joli sur les photos

La fameuse frappe de missiles tant vantée par l’Iran contre des cibles de Daesh en Syrie, dimanche a été un fiasco rarement égalé, avec six des sept missiles de moyenne portée tirés qui ont lamentablement échoué loin de leurs cibles, selon les sources israéliennes.

Le très puissant Corps des Gardiens de la Révolution d’Iran, la force paramilitaire en charge du programme de missiles du pays, avait déclaré avoir lancé six missiles balistiques Zolfaghar depuis ses provinces du  Kermanshah du Kurdistan, à l’ouest de l’Iran. Ces missiles auraient frappé ce que les Gardiens appellent un centre de Commandement de l’Etat Islamique et une opération devant être menée par une voiture-piégée à Deir Ez Zour, selon Téhéran. Fars, l’agence semi-officielle proclame partout que l’Iran aurait effacé de la panète au moins 360 combattants djihadistes. 


Mais les sources citées lundi soir, par les médias en hébreu, affirment que trois des sept missiles tirés en réalité n’ont même pas atteint la Syrie, en s’effondrant au sol en Irak et un seul des sept missiles atterrissant sur sa cible désignée, une base située dans la province de Deir Ez Zor, largement dominée par de l’Etat Islamique. Un autre des sept missiles tirés a atterri très loin de là à des centaines de kms de son objectif, dans la ville de Mayadin.

« Les Iraniens essayaient de faire la démonstration de leurs capacités et de signaler à Israël et aux Américains que ces missiles sont opérationnels, la résultat est plus à l’inverse de l’objectif visé », déclare l’analyste de la 2e chaîne israélienne, Ehud Yaari.  
« C’est un flop, échec cinglant », ajoute t-il sèchement. « Ça fait joli sur les photos ». Ya’ari affirme que ses informations sont fondées sur des sources émanant de la Défense et que ces sources ont été « ébahies » par la faible (contre-)performance  de ces missiles iraniens. « C’est vraiment tout ce qu’ils ont à montrer après 30 ans de développement des missiles ? Même le Hezbollah peut faire mieux ! », transmet-il en citant une de ces sources israéliennes « émerveillée » par les pétards mouillés iraniens. Ya’ari souligne que les responsables iraniens, pour tenter de masquer l’étendue du fiasco, répètent à l’envi, ces dernières heures, à quel point cette frappe de missiles représente une grande victoire.

Le militant de l’opposition syrienne  Omar Abu Laila, basé en Allemagne, mais qui suit à la loupe les événements survenant dans sa ville natale, Deir Ez Zor, explique que deux des missiles iraniens sont tombés à côté de Mayadin, un bastion de l’Etat Islamique. Il est formel sur le fait que ces frappes n’ont fait ni blessés ni dégâts. Le groupe Daesh n’a pas immédiatement reconnu avoir subi des frappes.

Les médias iraniens ont voulu mettre en lumière cette attaque de missiles comme une victoire et le premier du genre hors d’Iran depuis 30 ans, soit du temps de la guerre Iran-Irak de 1980 à 1988. L’Iran a présenté cette frappe de missiles comme une réponse aux attaques terroristes-jumelles contre des sanctuaires de Téhéran, le 7 juin, lors desquels 17 personnes ont trouvé la mort, et les chefs des Gardiens de la Révolution ont averti que toute autre attaque contre l’Iran conduirait à des « représailles identiques ».

« Cette frappe est bien moins impressionnante que le bruit que les médias iraniens ont pu faire à ce propos », déclare une source militaire citée par le site Haaretz en hébreu.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire