20 juil. 2017

Mont du Temple : priorité absolue à la sécurité et sagesse face aux fidèles, par Freddy Eytan

Les affrontements sur le Mont du Temple se poursuivent depuis plusieurs jours, suite aux nouvelles mesures de sécurité prises par les autorités israéliennes après l’attaque de trois terroristes qui a couté la vie à deux policiers.

Les deux policiers druzes (l'adjudant Kamil Shnaan, à gauche, et l'adjudant Haiel Sitawe) assassinés par les terroristes
Malgré les tensions et les actes de terreur et d’incitation à la haine, le statu quo est respecté minutieusement, et le gouvernement n’a nulle intention de le modifier.

Pourtant, des extrémistes palestiniens, des fanatiques religieux au sein du monde musulman et de pays comme la Turquie ou le Qatar, souhaitent focaliser l’attention internationale sur « la libération d’al-Aqsa de l’occupant israélien ». 

Contrairement à la Jordanie, qui a bafoué jusqu’en 1967 les lois internationales en détruisant et en saccageant synagogues et cimetières, depuis plus de cinquante ans, les Lieux saints demeurent ouverts et libres pour toutes les religions et toutes les communautés.

Malgré la tension actuelle, les touristes et les pèlerins affluent sans contrainte policière. Les Palestiniens vivant dans la Vieille Ville circulent en toute liberté et ont choisi de bon gré la citoyenneté israélienne. Ils reçoivent comme tous les Israéliens des allocations familiales et ils bénéficient des soins médicaux les plus sophistiqués. Ils sont présents avec leurs enfants dans les quartiers modernes de Jérusalem-ouest, dans les jardins publics et les espaces de jeux ainsi que dans les centres commerciaux.

Le gouvernement israélien ne souhaite pas l’escalade et évite à tout prix toute guerre de religion. Pour se faire, il prend des mesures de sécurité nécessaires et a même interdit aux fidèles juifs de visiter le Mont du Temple. Il suit à cet égard, l’application du statu quo avec une tolérance exemplaire et unique dans un environnement hostile.

Aucun pays au monde ne peut tolérer des jets de pierres ou des attentats quotidiens dans sa propre capitale. La rétorsion israélienne est bien étudiée et elle est sélective et fort dissuasive car la majorité des résidents de Jérusalem-Est, notamment les Catholiques et les Arméniens, vit en harmonie avec la population juive.

Soulignons une fois encore que les derniers attentats à Jérusalem s’inscrivent dans une guerre de religion dont l’objectif est de faire flotter l’étendard islamique sur les mosquées du Mont du Temple. Les cris de vengeance, de joie et d’allégresse après chaque attentat meurtrier prouvent que deux civilisations s’affrontent. Deux cultures opposées. Deux écoles de pensée contradictoires : celle d’un judaïsme aux valeurs universelles, de la sagesse, la tolérance et de la prière sincère, face à un intégrisme musulman, ignoble et abject. Une barbarie et une cruauté qui n’ont pas de nom. Comment donc expliquer que de jeunes Palestiniens, ou mêmes des Européens, soient inspirés par l’organisation de l’Etat islamique, par ces bourreaux qui coupent les têtes comme du bétail devant les caméras au nom d’un Dieu méchant et tout puissant.

Des fidèles de la religion de paix et d'amour en plein recueillement.
Chaque matin, et particulièrement le jour de vendredi, nous entendons des paroles incendiaires de la part de muezzins et de prêtres musulmans. Ces déclarations haineuses et provocantes, dûment amplifiées par d’énormes haut-parleurs, persistent en prônant le culte de la mort et la haine du Juif.

Pour éviter que la poudrière religieuse explose, il est bien entendu nécessaire de réconcilier “les fils d’Abraham” et vivre en coexistence avec nos voisins les plus proches. Mais avant tout, il est temps que la communauté internationale agisse avec fermeté pour mettre un terme  à ce déferlement de haine, et décide de combattre avec Israël contre l’intégrisme.

S’aligner aveuglement sur la cause palestinienne prouve le désarroi et la faiblesse et encourage les extrémistes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire