21 août 2017

Barcelone la tolérante… tient à le rester, par Mireille Vallette

Le cirque habituel accompagne les réactions au terrorisme. Pleurs, plaintes, places fleuries… Mais surtout pas rage. Des bons sentiments jusqu’à la nausée. L'aveuglement jusqu'au dégoût.

Barcelone_Libé.jpg

« Et de nouveau les Ramblas se sont emplies de fleurs, d'amour dans toutes les langues, de bravos: le kilomètre d'avenue barcelonaise endeuillé était bondé comme jamais samedi, avant même de recevoir la visite du roi, deux jours après l'attentat. »

Eh oui, c’est reparti ! Fleurs, couronnes, messes, solidarité, pleurs, amour de tous avec tous. On ne se sent plus seul, on souffre ensemble.

C’est tellement beau que nous, dans notre petite Suisse étriquée et individualiste, on les envierait presque d’avoir l’occasion d’exprimer ce qu’il y a de mieux dans l’humanité. 
« Nous n’avons pas peur », clament-ils en cœur. Et de prendre dans leurs bras les pauvres musulmans qui se plaignent déjà d’être les principales victimes des carnages. Les pauvres musulmans qui n’ont jamais levé le petit doigt pour dénoncer le radicalisme qui infuse dans leurs communautés.


barcelone« De nouveaux autels improvisés ne cessent d'apparaître au fil des heures. Les trois mots « Ensemble, différents, paix » s'affichent un peu partout, parmi les innombrables bougies, peluches et textes griffonnés. « Les Ramblas pleurent mais sont vivantes », résume une pancarte. De nouveau, on y mange des gaufres, des glaces, de la paëlla à toute heure. De nouveau, on y ingurgite toutes sortes de breuvages et le célèbre bar Boada affiche au-dessus du comptoir: « Cocktail du jour : Hope and Love » (Espoir et amour). »

La région de la tolérance, celle de toutes les cultures, doit le rester. La tolérance qui a permis en quelques années la mutation d’un tiers des lieux de culte de Catalogne en mosquées salafistes.

Qui oserait à la vue de ces torrents de gémissements hurler sa colère contre le laxisme, réclamer que l’Espagne fasse le ménage dans cette glu islamiste ? Dessiner Mahomet une bombe dans son turban ? Qui aurait le cœur à demander une fois encore pourquoi, pourquoi, pourquoi l’islam ? Seuls des activistes « d’extrême droite » et des intellectuels ex-musulmans s’en avisent, bien sûr, les mêmes qui crient chaque jour que la complaisance envers les manifestations obscurantistes et islamistes fait le terreau du terrorisme et affaiblit chaque jour un peu plus les démocraties.

« Aujourd’hui, Barcelone pleure ses morts. Demain, les Catalans devront tout faire pour sauvegarder l’ouverture de cette ville… » Qui empêchera la poursuite de cette suicidaire ouverture ?

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire