29 août 2017

Bataillon Nitzan : émeutiers, souriez, vous êtes dans la boîte!, par Yoav Zitun

L’amélioration des méthodes opérationnelles du Bataillon Nitzan ont débouché sur l’inculpation de 650 des principaux instigateurs d’émeutes et à l’emprisonnement d’environ 200 d’entre eux depuis le début 2017.
 
Toutes les photos viennent du Bureau du porte-parole de Tsahal
 
 
 











 






























Le Bataillon Nitzan de recueil de renseignements en situation de combat a amélioré ses opérations ces derniers mois, afin de mettre la main plus efficacement sur les principaux instigateurs et les meneurs d’émeutes pris en flagrant-délit au cours des manifestations palestiniennes sur la rive ouest du Jourdain.

Ces récentes améliorations ont débouché sur l’inculpation de 650 des principaux instigateurs et l’emprisonnement de quelques 200 d’entre eux depuis le début de l’année 2017.


Ces nouvelles méthodes opérationnelles se sont perfectionnées au cours des deux derniers cycles d’escalade sur la rive ouest du Jourdain (improprement appelée Cisjordanie), au cours de la dernière année et demie durant la grève de la Faim des prisonniers sécuritaires palestiniens et au cours de la crise du Mont du Temple.

Les hommes de troupe du Bataillon Nitzan soit se trouvent sur les lignes de front avec Tsahal ou les forces de la Police des Frontières qui repoussent les émeutiers ou ils opèrent depuis des positions dissimulées, situées à 300-400 mètres du lieu de l’émeute.
Les soldats du recueil des renseignements en situation de combat sont équipés d’équipements de protection, autant que d’appareils-photos perfectionnés Nikon disposant d’objectifs de 300-400 mm.

Ils utilisent ces appareils-photos pour rassembler une documentation sur un émeutier lanceur de pierres ou de cocktail-Molotov, dès qu’ils sont sûrs d’obtenir une image nette de son visage.

« Nous avons amélioré ons techniques opérationnelles et nous travaillons -tout au long du processus opérationnel global – avec le conseiller juridique de la Division de Judée et Samarie et les forces des renseignements afin de traduire les matériaux que noys produisons en preuves à valeur judiciaire », déclare à Ynet le Commandant du Bataillon Nitzan, le Lieutenant-Colonel Ayalon Peretz.

« Nous parvenons à remonter jusqu’à l’adresse du domicile de l’émeutier en à peine quelques jours, nous l’arrêtons et nous le déférons devant un juge. Ce sont pour la plupart des émeutiers âgés de 18 à 30 ans, parce que notre focale ne pointe pas sur les enfants et les plus jeunes adolescents », ajoute t-il.

« Les lanceurs de pierre qui ne sont pas arrêtés peuvent continuer à lancer un cocktail-Molotov dès l’émeute suivante. Le jour d’après, ils peuvent encore jeter un cocktail-Molotov sur un véhicule sur la route et dans une semaine, ils peuvent mener une véritable attaque terroriste bien plus sérieuse », explique le Lieutenant-Colonel Peretz. « Cet instrument de précision nous a permis d’obtenir une baisse substantielle dans le nombre d’émeutiers et nous avons constaté des preuves de ce phénomène de réduction dans le cas des manifestations durant la crise sur le Mont du Temple ».
 
En plus d’améliorer ses techniques dans les preuves documentaires lors des émeutes, le Bataillon Nitzan est aussi aidé par des technologies plus poussées : des drones multirotors employés par les forces armées contribuent à créer une fiche photographique de renseignements, détaillant d’où proviennent les émeutiers, combien ils sont et vers où ils s’enfuient après avoir caillassé ou lancé leurs cocktails-Molotov. De cette manière,même les émeutiers masqués peuvent être poursuivis à la trace et inculpés.

Les forces du Bataillon Nitzan opèrent à la fois sur des lieux d’éclatement spontané des affrontements et des points chauds d’émeutes régulières, ces dernières ayant lieu fréquemment les vendredis à Kfar Qaddum dans la région de la Samarie, Tuqu’ dans le Gush Etzion, Nabi Salih près de Ramallah et le checks-point de la Police (Shoter) à Hébron.

 Le Bataillon a aussi récemment commencé à entraîner les hommes de troupe de la Police des Frontières à renseigner les émeutes, de façon à ce que les séquences qu’ils enregistrent puissent aussi servir à inculper les agitateurs.
 
Alors qu’il se trouvait en mission opérationnelle dans le secteur de Béthléhem ces dernières semaines, les soldats du Bataillon Nitzan ont arrêté plusieurs émeutiers palestiniens sur lesquels ils sont tombés au cours d’une fouille au hasard, qui, juste quelques semaines auparavant avaient été pris dans un rapport sur une émeute sur le Tombeau de Rachel et près de Tuqu’.

Nitzan est le plus gros bataillon de Tsahal, avec plus de 1.000 soldats dispatchés à travers toute la zone du sud du Mont Hébron, le secteur de Jérusalem, la vallée du Jourdain et tout le long de la route de Jénine dans la région nord de Samarie.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire