8 août 2017

Surréaliste : antisémitisme arabe palestinien à Yad Vashem, par Shraga Blum

Cela fait pourtant des années que ce phénomène existe mais la démocratie israélienne reste ce qu’elle est. Au nom d’un accord économique signé à Paris en annexe des Accords d’Oslo, le ministère israélien du Tourisme est obligé d’accorder un certain nombre de postes de guides touristiques à des Arabes palestiniens, y compris pour les visites guidées au musée de Yad Vashem, avec toutes les conséquences que l’on peut imaginer.
 

Des membres de groupes de touristes étrangers guidés par des Arabes palestiniens alertent régulièrement la direction du musée du fait que ces guides se livrent à de la propagande négationniste ou établissent des comparaisons obscènes entre ce que firent les nazis aux Juifs et l’attitude de Tsahal envers les Arabes palestiniens. On imagine aisément ce que retiendront des touristes perméables à la propagande ou dotés de connaissances historiques faibles.  Ainsi, de nombreux touristes retournent chez eux avec une équation des plus simplistes : Israël fait subir aujourd’hui aux Arabes palestiniens ce que les nazis firent aux Juifs lors de la Shoah.


Ce phénomène unique au monde ne se résume pas au musée Yad Vashem et implique souvent également des guides Arabes israéliens mais aussi des guides juifs appartenant à des organisations pro-palestiniennes. Ainsi, des guides arabes qui emmènent des groupes en Vieille ville de Jérusalem leur expliquent par exemple que les Juifs n’ont aucun lien historique avec ces lieux mais qu’ils sont venus de différents pays il y a un siècle, ou encore que les Israéliens interdisent aux Musulmans de prier à la mosquée Al-Aqsa.

Pire encore, lorsqu’un touriste « trop curieux » leur pose des questions sur les vestiges archéologiques, les guides leur répondent que les Juifs ont mis en place une véritable conspiration et introduisent des objets et vestiges factices pour faire croire qu’ils sont d’époque et qu’il y aurait eu une vie juive autrefois à Jérusalem ou ailleurs dans le pays !

Malheureusement, l’aspect financier joue aussi un rôle, c’est qui est extrêmement regrettable. Les agences de tourisme en Israël préfèrent parfois louer les « services » de guides arabes car ils sont moins exigeants que les guides juifs ! Un guide juif est payé environ 225 dollars par jour alors qu’un guide arabe perçoit la moité voire moins.

Interpellé sur cette question, le ministère du Tourisme, pourtant dirigé par un véritable patriote, Yariv Levin, a répondu: « On parle de 0,5 % du nombre total de guides en Israël. Le ministère du Tourisme effectue des contrôles et si un guide se livre à de la propagande ou à du négationnisme nous le signalons à l’Administration civile en Judée-Samarie afin que son permis lui soit retiré. Actuellement, le ministère prépare un amendement à la loi sur les services touristiques qui vise à rendre ces contrôles encore plus effectifs et sévères ».

Un méfait de plus des Accords d’Oslo qui nous poursuivent depuis plus de vingt ans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire