29 sept. 2017

Le cri d'alarme de Jeannette Bougrab, par Laurance N'kaoua

Dans un ouvrage écrit depuis la Finlande, l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy poursuit son combat contre le totalitarisme islamiste.

 


Elle était partie pour fuir. Mais tout l'a rattrapée. Il y a deux ans, après les attentats de « Charlie Hebdo », Jeannette Bougrab avait posé ses valises à Helsinki, en tant que conseillère culturelle à l'ambassade de France. Bannie, dit-elle. 

Mais l'écho de la violence islamiste a résonné jusqu'aux terres blanches du Kalevala, à la lisière du pôle Nord. Et que de sang ! Des Coptes victimes d'attentats au Caire, une attaque à la bombe à Manchester, des passants fauchés par des voitures folles à Nice, Berlin, Londres ou Barcelone... Alors l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy a repris son combat. Et le livre d'un trait de plume. Les mots sont âpres, douloureux : Jeannette Bougrab évoque une « laïcité moribonde » et un « fondamentalisme galopant ». « Osons les mots. Ouvrons les yeux ! L'islam radical poursuit un but politique », lance-t-elle, militante.

« Instrumentaliser les enfants »

Toutefois, alors qu'elle a souvent levé le voile sur son histoire, sur le destin de son père harki ou de sa mère, mariée de force à l'âge de treize ans et privée d'école, Jeannette Bougrab parle aujourd'hui avec distance. Guidée par la « volonté farouche » de démontrer la réalité d'une tradition qui en est «  arrivée à nier les femmes et à instrumentaliser les enfants ». Ses mots se gonflent de colère. Mais elle renvoie aux sources, aux faits, ajoute des chiffres à ses lettres. Avec méthode. « Qu'on cesse donc de m'expliquer que je serais raciste ou islamophobe ! », insiste l'ancienne présidente de la Halde . Musulmane et docteure en droit, elle plonge dans le Coran. Et détaille, de sourates en hadiths, comment ces textes, immuables car d' « émanation divine », ont forgé la vision qu'ont les fondamentalistes des femmes « par nature inférieures à l'homme ». Mais comment cette femme libre, fille de la République, enfant d'ouvrier émigré qui, grâce à l'école laïque a déjoué le destin jusqu'à devenir ministre, pourrait-elle rester de marbre lorsque, à en croire l'Institut Montaigne, 29 % des musulmans de France jugent la charia plus importante que la loi républicaine ?

100 milliards de dollars

Pour défendre, depuis son ambassade, les valeurs d'une France qui a longtemps érigé la laïcité en rempart contre les fanatismes, Jeannette Bougrab replace aussi l'Occident sur l'échiquier international. Et dénonce le rôle trouble de l'Arabie saoudite, berceau du wahhabisme, ce courant rigoriste auquel les terroristes de Daech empruntent leur idéologie meurtrière. La monarchie, rappelle-t-elle, a financé, dès 1979, les moudjahidin d'Afghanistan pour chasser les soldats soviétiques. Depuis, les spécialistes évaluent à plus de 100 milliards de dollars les sommes dépensées par Riyad pour exporter le prosélytisme wahhabite dans le monde, « vecteur d'une diplomatie offensive ». C'est une somme folle. Entre 1921 et 1991, Moscou n'a consacré que 7 milliards de dollars à la propagande communiste dans le monde, souligne l'avocate, devenue maître des requêtes au Conseil d'Etat. De l'Occident, Riyad est demeuré l'allié. Et son influence est « tentaculaire ». En Grande-Bretagne, par exemple, des écoles coraniques, parfois clandestines et souvent financées par le royaume saoudien, compteraient 250.000 jeunes élèves. Les écrits de l'auteur ont une étrange résonance alors que Daech vient de revendiquer  l'attentat qui a frappé, la semaine dernière, le métro de Londres.

« Naïveté criminelle »

Face à cet islam impérialiste, conquérant, Jeannette Bougrab fustige la « naïveté criminelle » des chancelleries de l'Occident. «  La guerre contre Daech est une chose. Mais le combat contre les "bien-pensants" occidentaux en est une autre, à bien des égards plus complexe et sournoise. Il est vital que nous commencions, dès à présent, cette "déradicalisation" des esprits », écrit-elle. Courageuse. Déterminée. « Ne voit-on pas, interroge l'auteur, que ce combat pour les principes ne peut être que total ? Qu'aucune forme de tolérance n'est tolérable à l'égard de ceux qui nient nos valeurs ? » Ce matin-là, de passage à Paris, dans un café près du Panthéon, Jeannette Bougrab a parlé d'une voix douce. Elle a dit avoir quitté à jamais la politique. Mais elle n'a renoncé ni à ses idées ni à ses idéaux. Et pour cette féministe, ardente  défenderesse de l'école laïque« c'est l'unique voix contre l'obscurantisme », murmure-t-elle -, le recours à l'écrit n'est pas anodin. 

« C'est dans le vide de la pensée que s'inscrit le mal », disait la philosophe Hannah Arendt. Nommer le mal, c'est déjà le combattre. Jeannette Bougrab l'affronte sans concession. Et l'auteur de conclure : « C'est contre un ennemi qui divinise la mort que nous luttons. Nous ne le vaincrons qu'en réapprenant à mourir pour une plus haute idée de la vie, avec la ferme volonté d'être prêts à tout donner pour elle. »

Source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire