7 oct. 2017

Après l'avoir écarté, Macron repêche un collaborateur polémique, par valeursactuelles.com

Revirement. Lors de l’élection présidentielle, Mohamed Saou a été démis de son poste de référent En Marche ! du Val d’Oise, à la demande d’Emmanuel Macron, pour ses propos dérangeants sur de nombreux sujets politiques et sociétaux. Cependant, il est à nouveau de retour dans le parti du président de la République. 

 

Macron a-t-il cédé aux extrémistes du CCIF ?

En avril dernier, lors de la campagne présidentielle, cet homme a gêné Emmanuel Macron. Il a donc décidé de l’écarter de son poste de référent En Marche ! du Val d’Oise. Pourtant, ce vendredi 6 octobre, alors que La République en Marche ! dévoile la nouvelle liste de ses référents départementaux, le nom de Mohamed Saou y figure. Il est désormais le patron de LREM dans le Val d’Oise. Décidément, l’exécutif a oublié que ce professeur d’histoire-géographie a choqué de nombreux élus avec ses messages sur les réseaux sociaux.
“ Son retour est un choix assumé de la direction ”

En juillet 2014, il avait aimé sur Facebook la photo de l'imam Tarik Chadlioui (Ibn Ali), qui a radicalisé un kamikaze du Bataclan, comme l’avait indiqué à l’époque l’ex-députée FN Marion Maréchal Le Pen sur Twitter. En 2016, le site Jforum.fr publiait des captures d’écran de messages postés sur la page Facebook de Mohamed Saou. Ce dernier tenait des positions tendancieuses. Il critiquait Valls, “ libre de démissionner ” en pleine affaire Burkini, évoquait après l’attentat de Nice une “ communauté musulmane devenue, plus que jamais, la cible de nombreuses personnes . Puis, il défendait le footballeur Karim Benzema victime d’une “ partie raciste de la France ” et soutenait Erdogan après le coup d’Etat manqué en Turquie le 14 juillet. In fine, en septembre 2016, il commentait une Une de Charlie Hebdo sur le séisme en Italie : “ Je n’ai jamais été et je ne serai jamais Charlie ”.

Contacté par le Lab, Arnaud Leroy, porte-parole de LREM, explique que Mohamed Saou n'a pas été écarté du parti mais s'y est “ mis en retrait pendant la présidentielle, tout en ayant continué à travailler ” pour le mouvement. “ On a fait un travail de vérification, d'explication (…). Mohamed Saou a été blanchi par la commission d'éthique. On n’était pas devant quelqu'un qui correspondait aux descriptions faites dans les médias. Son retour est un choix assumé de la direction ”, explique-t-il.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire