23 juil. 2017

Massacre de Juifs, par Dry Bones


Abou Mazen demande la fin des mesures de sécurité israéliennes.

Le Mufti de Jérusalem a précisé par un édit que la prière rendue par les musulmans sur l’esplanade du Temple, atteinte en traversant les détecteurs à métaux « sionistes », n’est pas valable et ne sera pas acceptée par Allah. Le plus renversant est que ça fonctionne dans les têtes vides et mal faites de la rue. 
Comme rien ne l’arrête, le sultan Erdogan parle même d’un « crime contre l’humanité » !

La crise des mosquées : une vieille recette, par Alain Rajchman

La crise des mosquées : une vieille recette pour refaire l’unité sur la haine des Juifs !


Le mouvement falastinien est à bout de souffle. Les divisions au sein de la sphère arabo-musulmane minent leurs soutiens et surtout la « cause » ne cesse de perdre de son poids dans la géopolitique de la région.


Dès lors, la tentation de relancer une vieille recette était grande, celle de refaire l’unité autour des mosquées de Jérusalem en provoquant une nouvelle guerre, une guerre de religion ! Ce que Moshe Dayan souhaitait écarter en confiant les clés de l’esplanade aux dignitaires musulmans.

Il était loin de se douter que plusieurs décennies plus tard, des armes seraient apportées et cachées dans l’enceinte même des mosquées pour assassiner deux policiers israéliens. L’enchaînement de violences qui a suivi la fermeture du site et la mise en place de portails [NDLR : les mêmes qu’à La Mecque, au Vatican, dans n'importe quelle banque ou aéroport, dans les bureaux du bitoua'h léoumi = assurance nationale où les Arabes israéliens viennent percevoir la manne que l'abjecte entité sioniste leur octroie en allocations familiales, de vieillesse, etc.] après la découverte d’autres armes, a été orchestré avec le soutien des autorités religieuses pour dresser le monde musulman contre le monde juif et sioniste.

[NDLR : Le Mufti de Jérusalem a précisé par un édit que la prière rendue par les musulmans sur l’esplanade du Temple, atteinte en traversant les détecteurs à métaux « sionistes », n’est pas valable et ne sera pas acceptée par Allah. Le plus renversant est que ça fonctionne dans les têtes vides et mal faites de la rue. 
Comme rien ne l’arrête, le sultan Erdogan parle même d’un « crime contre l’humanité » ! 
Il y a (heureusement) des portiques (et des physionomistes, et des soldats) au kotel sans que cela ne pose le moindre problème. C’est uniquement un prétexte pour, une fois encore, se victimiser sans raison valable et soulever l’indignation des idiots utiles.
Et certains refusent toujours de voir le projet politique totalitaire derrière le camouflage religieux, dans le monde musulman, comme en Israël, comme en France, comme dans le monde entier.]

Nous connaissons chaque rouage de cette mécanique bien huilée. Elle s’étend jusqu'au Conseil de Sécurité qui pourra s’appuyer sur les désordres pour mettre une nouvelle fois Israël au ban des nations.

Il faut dénoncer avec la plus grande force cette instrumentalisation des foules arabes attisées par la haine des juifs qui est activée pour refaire une unité de façade du monde musulman.

La seule bonne nouvelle est que ce recours à la violence religieuse est la marque d’un essoufflement politique certain de la cause palestinienne.

[NDLR : pendant ce temps, plus d'une centaine de Juifs ont bénéficié ce matin d'une visite calme et agréable au Mont du Temple, comme aux bons vieux temps d'avant la paix, sans harcèlement des Waqfis, en étant passés par les détecteurs du " pont " des Maghrébins.]





Merci à Max, Bibi (l'autre) et Allegra.
http://www.desinfos.com/spip.php?article58287 

Le Merkava 4 : Pourquoi le Hezbollah devrait avoir peur, très peur, par Ari Liebermann

Avec au moins 1/3 de sa force de combat stationnaire en Syrie, la probabilité que le Hezbollah lance une guerre contre Israël dans un proche avenir est faible. Même en l'absence du conflit syrien, le Hezbollah n'oubliera pas de sitôt la raclée qu'il a prise des mains des FDI lors de la campagne de 2006. Néanmoins, la plupart des experts conviennent que la prochaine guerre du Liban n'est pas une question de si, mais de quand, et lorsque cela commencera, le vénéré Merkava 4, la dernière variante du Merkava d'Israël, sera effective.
Les soldats sur le théâtre ou les plates-formes aériennes planant au-dessus sont instantanément informés de la position de l'ennemi et peuvent rapidement engager les belligérants quelques secondes plus tard, permettant une élimination rapide de l'ennemi.

Le Merkava 4 intègre de nombreuses fonctionnalités de conception sophistiquées, y compris une électro-optique avancée qui garantit une capacité de destruction à 100 % du premier coup de son formidable arme à canon lisse de 120 mm. Le Merkava dispose également d'un mortier de 60 mm à action interne pour faire face à l'infanterie armée de missiles. Le Merkava est également capable de tirer au laser de troisième génération de LAHAT, le missile guidé de son arme principale, un avantage qui manque aux contemporains du Merkava. Une autre caractéristique possédée par le Merkava mais qui manque à ses concurrents c'est la capacité d'accueillir jusqu'à huit soldats d'infanterie ou trois malades.

Mais parmi ses caractéristiques les plus remarquables, il met l'accent sur la sécurité de l'équipage et sa capacité à annuler les menaces des armes antichar. Le char, dont l'armure bien incliné est composé de matériaux avancés espacés et composites, est probablement doté de la meilleure protection au monde.