27 août 2017

«Face à l'islamisme, certains reproduisent les erreurs de leurs aînés face au nazisme» par Renée Fregosi

Après chaque attentat, ce sont les mêmes scènes de pleurs et de prières œcuméniques, bougies, fleurs et peluches étalées sur le bitume, minute de silence pour les victimes, appels à la paix et au « vivre ensemble ». Cherche-t-on à détourner les futurs candidats djihadistes de leurs funestes projets en les convertissant au peace and love ? Aussi absurde que de tenter de trouver une thérapie psychiatrique miracle pour tous ces « déséquilibrés », ces « malades mentaux » que seraient les terroristes ! Certes pour planifier l'assassinat de milliers d'inconnus qui ne leur ont pas fait d'autre offense que de vivre hors des règles rigoristes de leur islam, faut-il que ces islamistes soient fous. 
 
Foin de naïveté, de complaisance à l'égard des coupables et de commémorations compassionnelles passives en attendant « pacifiquement » la prochaine attaque de l'ennemi. La réponse au nouveau totalitarisme passe par le réarmement tant idéologique que militaire.
Comme présentaient des profils psychopathes grand nombre de hiérarques et d'exécuteurs nazis [NDLR : n'étant pas psychiatre, Renée Fregosi fait entrer la psychopathie dans le cadre général 'folie'. En réalité, les psychopathes n'entrent pas dans le cadre des psychoses, qui est le sens classique du terme 'folie'. Bien entendu, ces crimes ne sauraient être attribués à des êtres sensés et normalement constitués sur le plan de l'éthique]. Mais combien de milliers d'autres SS, soldats de la Wermarch « ordinaires » et simples civils allemands ont-ils participé de cette « folie collective » ? Pourtant ce n'est pas par la cure psy que l'on a vaincu le nazisme agresseur, mais par les armes et la résistance intellectuelle.