7 sept. 2019

La gauche olfactive cible Raphaël Enthoven, par Elisabeth Lévy

À intervalles réguliers, une salve d’insultes numériques s’abat sur ceux qui bravent les interdits. Dernier épisode en date, Raphaël Enthoven. Il a « osé » accepter de débattre à une convention organisée par le journal l’Incorrect.

Aimeriez-vous vivre dans un monde où tout le monde pense comme vous ? Non sans doute. Eh bien, dans la grande famille qu’on appelait autrefois la gauche, on adore la diversité, sauf dans un domaine: celui des idées. On aime l’autre à condition qu’il pense la même chose que nous. Quand quelqu’un en émet une qui leur déplait (d’idée), les maîtres censeurs sortent leur revolver – métaphorique – et demandent qu’on le fasse taire. Et pour eux, les mauvaises idées ont de mauvaises odeurs. Nauséabondes. D’où le petit nom gauche olfactive.

Cette justice française qui donne le permis de tuer, par Eric Zemmour

Nucléaire : Téhéran a mis en route des centrifugeuses avancées

Téhéran, 7 sept 2019 (AFP) - L'Iran a mis en route des centrifugeuses avancées dont la production augmentera le stock d'uranium enrichi produit par le pays, a déclaré samedi le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Behrouz Kamalvandi.
M. Kamalvandi a détaillé devant la presse les mesures de la nouvelles phase du plan de réduction des engagements pris par l'Iran devant la communauté internationale à propos de ses activités nucléaires.
Il a insisté sur le fait que les engagements pris par l'Iran sur la "transparence" de ses activités nucléaires seraient "honorés comme avant".
Ceci concerne en particulier "la surveillance et l'accès" des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a déclaré M. Kamlavandi lors d'une conférence de presse retransmise en direct sur la télévision d'Etat.
Parmi les mesures constituant une réduction des engagements de l'Iran, M. Kamalvandi a indiqué que l'OIEA avait mis en route 20 centrifugeuses de type IR-4 et 20 autres de type IR-6, alors que l'accord sur le nucléaire iranien de 2015 ne l'autorise à ce stade à produire de l'uranium enrichi qu'avec des centrifugeuses de première génération (IR-1).
La mise en route de ces centrifugeuses devrait accélérer la production d'uranium enrichi par l'Iran et augmenter les stocks du pays, qui depuis juillet dépassent la limite fixée par cet accord (300 kg) conclu entre la République islamique et le groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne).
L'Iran a commencé en mai à réduire les engagements qu'il a consentis au titre de cet accord en représailles à la décision pris un an plus tôt par les Etats-Unis de dénoncer ce texte et de réimposer des sanctions économiques contre Téhéran.
Le président iranien avait lancé mercredi soir la troisième phase du plan de réduction des engagements de l'Iran en ordonnant à l'OIEA de faire sauter toute limite à la recherche et au développement dans le domaine nucléaire.
https://www.atlantico.fr/node/3578690

Voici un ouvrage des plus singuliers du sociologue Maurice Saliba, préface du jésuite Henri Boulad, s. j. : L’islam mis à nu par les siens. Une anthologie d’auteurs arabophones post 2001.

L’islam a commencé étrange et finira étrange comme il a commencéHadith
Vingt maisons d’éditions françaises – dont huit n’ont jamais répondu – se sont défilées de le publier par manque de courage, par couardise et dhimmitude. Face à la stratégie du chantage et de violence de l’islam, c’est le silence poltron et la soumission consentie qui s’imposent progressivement à la liberté d’expression en France !
Et pourtant…
Pourtant, ce sont les premiers concernés, musulmans en révolte et apostats de l’islam qui s’expriment, nous alertent et nous mettent en garde et non des Français – ou des Européens – dits de « souche ». C’est encore moins le cas des non musulmans ou des chrétiens originaires d’Orient muselés par la censure des médias serviles qui façonnent et reflètent presque à l’unanimité le courant de pensée officiel autorisé. Beaucoup de ces rebelles issus de l’islam étaient des membres actifs de la confrérie des Frères musulmans ou des salafistes/wahhabites engagés.

Peut-on en savoir plus sur les « voix » entendues par le tueur du jeune Timothy ? parr Lina Murr Nehmé

Marmed Niazi a fait un mort et huit blessés lors de son attaque à Villeurbanne, le 31 août dernier. Cannabis et troubles psychiatriques sont évoqués pour expliquer l’acte du tueur afghan présumé, jusqu’à présent.


Le samedi 31 août 2019, à Villeurbanne, un Afghan frappe une dizaine de personnes devant un arrêt de bus. Il a un pic à barbecue et un grand couteau. Un barbu parvient à l’amadouer en lui disant quelques mots, et il lui serre la main. Arrêté, il se présente à la police avec deux identités différentes, et trois dates de naissance. Malgré cela, il paraît que cet Afghan a obtenu une carte de séjour en France. D’après ce qu’il a dit aux enquêteurs après la tuerie, il s’appelle Sultan Marmed Niazi, et il est né en 1986 en Afghanistan.Donc il avait 10 ans lorsque les talibans ont pris l’Afghanistan, et il a subi leur éducation religieuse obligatoire durant six ans au minimum : de 1996 à 2001 inclus. En fait, il a subi cette éducation bien plus longtemps, car il est un pachtoune. Les pachtounes sont une ethnie qui peuple les montagnes à la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan. Les talibans afghans, et notamment leur chef, le mollah Omar, sont des pachtounes, et ce sont eux qui ont fait de l’Afghanistan un sanctuaire pour al-Qaïda1. Ils imposent leur enseignement islamiste sur tout le territoire afghan depuis 1996, mais ils l’ont imposé dès 1994 dans leur territoire. Et après la guerre américaine en Afghanistan qui a suivi les attentats du 11 septembre 2001, les talibans ont gardé une certaine force dans leurs montagnes, notamment grâce aux talibans pakistanais. Sans grande surprise, l’enseignement dans les madrassas est souvent financé par l’Arabie Saoudite, et n’a pas changé2

Grâce au glyphosate, la SNCF va nous coûter encore plus cher ! par H16

Enfin, ça y est, la lutte vient enfin de commencer contre les produits chimiques qui font du mal chimique sur l’éco-système pas chimique : alors que le mois de septembre vient à peine de débuter, on ne compte déjà plus les petits articles relayant les déboires ou les victoires de ces maires qui parviennent à interdire l’épandage de l’une ou l’autre substance salement chimique dans des buts bassement agricoles.
Et dans la confusion habituelle pesticide/herbicide qui caractérise maintenant le travail extrêmement approximatif de la presse française à ce sujet, on découvre ainsi qu’une maire a interdit l’usage des pesticides de synthèse (mais autorise les pesticides bio, comme la bouillie bordelaise par exemple, pourtant bien plus toxique), ici aussi, et ici qu’un autre maire n’est, lui, pas parvenu à interdire ces chimiqueries du diable, et qu’au final, l’État imposera des zones de « non-traitement » aux pesticides dans un article illustré avec… un herbicide.

« Laissez-moi dix fois être Adolf Hitler », par LDJ



L’ancien président zimbabwéen Robert Mugabe est mort vendredi, à Singapour. En 37 ans à la tête du Zimbabwe, il avait habitué le public à ses déclarations chocs.

– « Je suis le Hitler de notre époque. Cet Hitler n’a qu’un seul objectif, la justice pour son peuple, la souveraineté de son peuple, la reconnaissance de l’indépendance de son peuple et son droit à disposer de ses richesses. Si c’est ça être Hitler, eh bien laissez-moi dix fois être Hitler ».
1992, il déclara : – « Je suis d’accord avec vous, les grands propriétaires ont des coeurs de pierre, on croirait qu’ils sont juifs ».
Mort de cette vieille crevure, qui a totalement RUINÉ son pays, et que la Gauche nous présentait comme un modèle dans les années 1980-1990. Pour certains, Mugabe, c’était presque le Messie…


http://www.liguedefensejuive.com/laissez-moi-dix-fois-etre-adolf-hitler-2019-09-06.html