8 sept. 2019

Sa Majesté des mioches, par Elisabeth Lévy

Grande victoire politique du progressisme ! Depuis le 2 juillet, la fessée est interdite en France. Selon Elisabeth Lévy, de nos jours, le législateur et le code civil ne se contentent plus des interdictions. Ils prétendent rééduquer… Sommés d’être bienveillants, les géniteurs se font en outre pourrir la vie par des mioches -- à l’image de Greta Thunberg -- encouragés à leur rappeler leurs devoirs « écologiques » !

L’une des marques du progressisme d’État en vogue de par chez nous, c’est qu’il est pris, à intervalles réguliers, d’une pulsion de rééducation qui le pousse à se mêler de tout, y compris de nos fesses. Ainsi, après la «  révolution #metoo  », nombre d’institutions publiques et privées ont édicté des règlements, et même organisé des stages pour expliquer aux hommes comment ils devaient parler aux dames.

« Refuser l’immigration illégale est soit une maladie psychique soit un crime », par G.W. Goldnadel

Je refuse de m’habituer à l’injustice. Je refuse que mon âme s’habitue. 

Vendredi sur la radio de service public. Daniel Cohen est l’invitée de la matinale. Il vient de commettre un ouvrage collectif qui se veut scientifique sur le populisme. Il est présenté comme un « économiste ». Mais la radio active ne dit pas qu’il est également le conseiller du think-tank de gauche la fondation Jean-Jaurès ni qu’il a soutenu Hollande puis Benoît Hamon. Rien qu’un scientifique. Mensonge par omission. 

La petite piquouse idéologique du matin sur la radio active de sévices publics. Pour Cohen, le populisme de gauche est gentil et celui de droit est méchant.

Gérone : un collectif végan sépare les poules des coqs pour éviter les « viols » , par Gaia

[Dans la série " toujours plus avant dans la connerie triomphante parce que c'est mon choix ", voici :] 
Le mouvement animalier Almas Veganas est un collectif antispéciste, " transféministe " [NDA : si vous connaissez la signification du mot, merci de m'informer] et libertaire qui se bat pour la libération des animaux et des terres. Des véganes pures et dures qui s'inquiètent de la condition des poules dans les poulaillers et ont décidé de séparer les gallinacés victimes d'abus sexuels, selon elles. Un sujet qui a fait polémique en Espagne. 

Rêves européens vs migration de masse, par Giulio Meotti

L'Europe se positionne aujourd'hui comme l'avant-garde d'une humanité unie. Une postule qui met en péril ses racines culturelles. Selon Pierre Manent, politologue français de renom et professeur à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris :
« L'orgueil européen ou la conscience de soi européenne dépend pour ainsi dire du rejet de l'histoire européenne et de la civilisation européenne ! (...) On ne veut rien avoir affaire avec les racines chrétiennes et l'on tient absolument à être parfaitement accueillant avec l'islam ».
Dans un entretien accordé au mensuel français Causeur, Manent a cité en exemple, le cas de la Turquie :
« Il était très clair que non seulement le caractère massivement islamique (même avant Erdogan) n'était pas un obstacle mais était en quelque sorte un motif, une raison de faire venir la Turquie. Cela aurait été enfin la preuve définitive que l'Europe s'était détachée, s'était libérée de sa dépendance chrétienne ».

« Manger de la chair humaine pourrait sauver la planète », selon un professeur suédois.


[NDA : L'escrologie devient de plus en plus débile.]

Un professeur de sciences comportementales appliquées [en clair : de marketing] a suggéré que nous devrions peut-être repenser au cannibalisme pour sauver la planète du changement climatique.

Dans une interview à TV4, Magnus Söderlund est revenu sur le sujet de sa présentation controversée au Salon de l’alimentation Gastrosummit à Stockholm. Thème du Salon : l’alimentation du futur. Thème de sa présentation : manger de la chair humaine comme moyen de lutter contre le changement climatique.

Söderlund et autres gauchistes écolos aiment rejeter la responsabilité du réchauffement de la planète sur les industries de la viande et de l’élevage.

La France a franchi un nouvel échelon dans sa guerre médiatique contre Israël, par Ilan Tsadik

[NDA : La Metula News Agency étant une agence de presse payante, j'ai choisi de ne pas publier ses excellents articles sur ce blog. Je déroge aujourd'hui à cette règle compte tenu de la gravité du sujet.]

L’antisémitisme est un fléau qui s’il n’est pas combattu avec tout l’arsenal dont dispose une société éclairée continue inexorablement sa progression. 
Cette semaine la presse française a franchi un nouvel échelon dans la guerre médiatique qu’elle livre à Israël et aux Juifs. Cette aggravation de l’incitation à la haine est rendue possible par le silence complice de l’Elysée et du Quai d’Orsay.